Grandeur d'âme d'un prêtre réfugié

Publié le par Lucie Delarosbil

Selon Bona Arsenault, Louis-Joseph Desjardins avait exercé à Paspébiac en 1795 et 1796. Ce prêtre missionnaire catholique ''dit Desplantes'' était né à Messas, en France, le 19 mars 1766. Il avait reçu la prêtrise le 20 mars 1790, à Bayeux, en France.

Durant la révolution française, il fut prisonnier et menacé de mort, parce qu'il ''refusait de prêter serment à la Constitution civile du clergé qu'exigeait l'Assemblée nationale constituante à partir du 1er octobre 1791''. Il passa en Angleterre en 1792 et au Canada en 1794.

Quand il arriva à Paspébiac, à la suite du dernier acte de Joseph-Mathurin Bourg, Louis-Joseph Desjardins rédigea le 15 août 1795 une introduction. Puis il procéda ce même jour aux cérémonies de six baptêmes, en les numérotant de 1 à 6 : Magdeleine Roussy, Angélique Loizel, Hélène Duguay, Marguerite Garnier, J. Baptiste Langlois, Louis Roussy.

Le lendemain, le 16, ce fut le jour de douze baptêmes, numérotés de 7 à 17  : Jacques illégitime, Hubert Castilloü, Elizabeth illégitime, Madleine Dunis, Modeste Huart, André La Roque, Georges et Marie La Roque (jumeaux), Angélique Laurent (Port-Daniel), Anastasie Loutz (La Nouvelle), Michel Courtel, Elizabeth Huart. Ce dernier baptême n'était pas numéroté.

À la même date, il y eut trois mariages, numérotés de 1 à 3 : François Alain et Marie Isabelle Bergeron, Michel Courtel et Elizabeth Allain, François Huart et Henriette Dugué.

Deux mois plus tard, le 22 octobre 1795, il y eut les deux mariages 5 et 6 : Pierre Arotsaina et Marie Darosbil, Pierre Bergeron et Marie Huart. Et le prêtre écrivit Fin du Registre pour l'année 1795. Une année qui dura trois jours en deux mois et une semaine.

Puis suivit son Registre des Baptêmes, Mariages et Sépultures de Paspébiac pour l'année 1796 qui débuta le 10 janvier avec deux baptêmes numérotés 1 et 2 : Philippe Englehart et Lazarre Dugué. Le pionnier Thomas Fulham, parrain de Lazarre, était présent et il avait signé son nom.

Le prêtre continua le 16 janvier avec le baptême 3 : Elizabeth Crosnier. Puis, le 17 janvier, trois sépultures : Geneviève Dugué, la veuve Huart, Elizabeth Huart, âgée de 3 mois, les deux au cimetière de Paspébiac, numérotées 1 et 2; et Marie La Roque, 8 mois, à La Nouvelle, cette sépulture non numérotée.

Neuf mois passèrent et arrivèrent les dix baptêmes 4 à 13, en date du 9 octobre : Hilaire Huart, Jacques Courtel, Luc Huart, Rosalie Dugué, Elizabeth Loisel, André Roussi, Antoine Englehart, Pierre Arotsaina, François Alain, Marie Rebecca Brasseur.

Le lendemain, le 10, ce fut le mariage de Joseph Duguet et d'Hélène Boulet. Ce registre dura neuf mois mais ne contenait que cinq jours de cérémonies.

Il semble que Louis-Joseph Desjardins était ''un homme très instruit et très distingué ; rempli de zèle pour l'embellissement du temple du Seigneur et de la pompe des cérémonies religieuses, comme du salut des âmes qui lui étaient confiées''. D'ailleurs, il est reconnu pour avoir exporté des oeuvres d'art de la France au Québec. Il décéda à Québec le 30 août 1848.

© Lucie Delarosbil, 2020

SOURCES & RÉFÉRENCES : Louis-Joseph Desjardins : DBC par Noël Baillargeon, BRH vol. 4 à 6 (p. 164), Wikipédia, Patrimoine culturel du QuébecMusée national des beaux-arts du QuébecBNF, Laurier Lacroix (Erudit), Philippe Chamberland (Mémoire de maîtrise).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article