XXL de témoins

Publié le par Lucie Delarosbil

le vingt quatrieme du mois de novembre de l'année mille sept cent soixante un aprés avoir publié au prône des messes parroissiales par trois dimanches consecutifs, sçavoir le vingt sept du mois de septembre, le quatre et le onze du mois d'octobre, les bans du futur mariage d'entre goanis dapesteguy, fils legitime des feûs chavat d'apesteguy et gratianne sala, sieur et dame d'haretcheberria de la parroisse d'arbonne d'une part: et catherine d'etchemendy fille heritiere de feûs pierre d'etchemendy et madalen d'arrosbide sieur et dame de la maison d'etchepare de cette parroisse, d'autre; sans qu'il ait paru aucun empechement ny opposition, ny ici ny a arbonne suivant le certificat de mr le vicaire du dit arbonne, en datte du vingt-trois du courant signé hiriart vicaire: je soussigné vicaire de bidart, ay reçu leur consentement mutuel et leur ay imparti la benediction nuptiale en presence de jean charco oncle de l'époux, dominique dapesteguy frere du dit epoux, pierre duhau, samson dupuy cousin germain de l'époux, jean haramboure, bertrand de tujos oncle de l'épouse et pt bertrand tujos cousin de l'épouse et chavat haramboure, les deux derniers ont signé et non les autres pour ne le sçavoir de ce faire interpellés par moy duhalde vicaire Bertran de Toyos Sabat de haramboura

Le 24 novembre 1760, Catherine Etchemendy, l'héritière de la maison Etcheparea à Bidart, épousa Joannis Apesteguy, un fils de la maison Haretcheberria à la commune d'Arbonne. Les parents de Catherine étaient Pierre Etchemendy et Magdalaine Darrosbide; ceux de Joannis, Chalvat (Saubat) Apesteguy et Gracianne Salla. Ils avaient contracté leur mariage chez le notaire le 4 mai 1760. La mère de Catherine était décédé le 19 décembre 1759. 

En mai, à la signature de leur contrat civil, seul Pierre Mimiague, laboureur, assistait Catherine d'Etchemendy, l'héritière ''coutumière'' de la maison Detchepare. De son côté, Joannis Aspesteguy, fils de la maison Harrietcheverry à Arbonne, était assisté par de nombreuses personnes : son beau-frère Joannis Sasco, laboureur et maître de la même maison, Laurent Apesteguy, laboureur et sieur de la maison Dalacher, Dominique Apesteguy, sieur de la maison Joanniscotz du même lieu, Pierre Duhau, charbonnier et sieur de la maison Amestoy, et Joannis Haramboure, sieur de la maison Mariatorenea du même lieu d'Arbonne.

En novembre, à leur mariage religieux, étaient présents les témoins suivants : Jean Charco (Sasco ?), oncle de l'époux (ou bien le beau-frère ?), Dominique Apesteguy, son frère, Pierre Duhau, Samson Dupuy, son cousin germain, Jean Haramboure, Bertrand de Tujos (Toujouse), oncle de l'épouse (il était plutôt le cousin par alliance de sa mère), Pt Bertrand Tujos, son cousin (il était le fils du précédent), et Chavat Haramboure. On y retrouvait quelques mêmes témoins qu'au civil pour Joannis Apesteguy et de nouveaux témoins pour les deux mariés, mais pas le même qu'au civil pour Catherine Etchemendy.

Au départ, ce fut le frère de Catherine, Pierre Etchemendy, qui devait hériter de la maison Etcheparea, et sa soeur Marie par la suite. Pourquoi avait-elle alors hérité ? D'une part, son frère était décédé, à 28 ans, le 10 avril 1749. D'autre part, sa soeur, qui suivait Pierre dans la fratrie, avait épousé Pierre de Barrat, un tuilier de Saint-Pée, le 22 janvier 1754, son mariage civil contracté un an plus tôt, le 24 février 1753. Marie était décédée le 16 décembre 1754, à 30 ans. Catherine Etchemendy, née le 24 décembre 1729, devint donc l'héritière et la dame de la maison Etcheparea à l'âge de 30 ans.

Au mariage civil de sa soeur Marie Etchemendy étaient présents sa tante Marie Larralde, la mère de notre Bertrand, et Bertrand Toujouze, le sieur de la maison Itturrondoa, l'époux de la cousine de sa mère, Jeanne Darrosbide. À son mariage religieux, les témoins étaient Jean Arnaud Hirigoyen, le sieur de la maison Chissarenea, Joannis Duhart, une fils de la maison Etcheberria, Bertrand Toujouze, le sieur de la maison Itturrondoa et Jean Lacroix, un fils de la maison Baroirarenea. Duhart et Lacroix avaient apposé leurs signatures. Bertrand Toujouze décéda en 1763, et son épouse, Jeanne Darrosbide, en 1771.

Le couple Etchemendy-Apesteguy eurent au moins trois enfants. Jean était né le 6 octobre 1762, Bertrand, le 11 juin 1764, et Dominique, le 30 juillet 1770. Leurs parrains respectifs furent Jean de Sasco, un oncle paternel, Bertrand Darrosbide, le nôtre (remplacé par son beau-père Laurens Celhay) et Dominique Apesteguy, un autre oncle paternel. Leurs marraines furent respectivement Marie Larralde, une tante maternelle (la mère de notre Bertrand), Catherine Apesteguy, sans doute une tante paternelle et Catherine Darrosbide, la dame de la maison Mondarrain, une autre cousine de la grand-mère des enfants, la soeur de Jeanne.

Leur premier fils, le petit Jean, était en danger de mort à sa naissance. Avait-t-il survécu ? Le 12 décembre 1763, Catherine Etchemendy paraissait dans un acte notarié pour Jean Sasco, le propriétaire de la maison Harretcheverry à Arbonne, et son époux Joannis Apesteguy faisait son testament. Jean Sasco était l'époux de Catherine Apesteguy, la tante de Joannis. Leur deuxième fils, Bertrand Apesteguy décéda à 10 ans, le 9 décembre 1774. Ce qui confirme que le petit Jean décéda entre temps ou par la suite, ce fut leur troisième fils, Dominique Apesteguy qui hérita de la maison Etcheparea et qui devint le sieur vers 1796.

Le couple eut-il d'autres enfants entre 1764 et 1770, ou après 1770 ? Il ne semblait pas. Catherine Etchemendy décéda au début du 19e siècle, à une date du calendrier républicain, le 8 brumaire An II. Elle était veuve.

Maison Haretcheberria

Cette maison ne figure pas en tant que telle dans le chapitre Les anciennes maisons d'Arbonne de la monographie Arbonne, une commune voisine située un peu au sud-est de Bidart. En 1713, on y retrouve une maison Harretche n'ayant aucun lien avec la famille Apesteguy. 

Par contre, dès 1662 existait une maison Harry-Etcheverria, de Laurent Dolhondo, et ces trois variantes : Harriga-Etcheberria, Harregue-Etcheberria et Harriet-Etcheberria. Par la suite, au cours d'un siècle, cette maison avait appartenu à des sieurs qui portaient les patronymes Salla, Apesteguy et Sansco, ce qui signifait que la transmisson de l'héritage revint à des filles sur trois générations. Sur l'acte civil de mariage de Joannis Apesteguy et de Catherine Etchemendy, le nom de la maison d'origine de Joannis était bien orthographiée Harrietcheverry.

L'une de ces filles héritières fut Catherine Aphesteguy, épouse de Jean Sansco (Charco) qui était le sieur ancien en 1775. L'autre qui la précédait était sa mère Gracianne Sala (Salla), l'épouse de Chavat (Saubat) Apesteguy, le sieur et la dame de cette maison, tous deux décédés avant le 24 novembre 1760, date du mariage de leur fils Joannis avec Catherine Etchemendy. Cette dernière était la cousine de notre Bertrand et Magdalaine Darrosbide, sa tante et marraine. 

© Lucie Delarosbil, 2018

Publié dans Basques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article