Mourir d'un accident à trois mois

Publié le par Lucie Delarosbil

23 octobre 1860 - Paspébiac

Acte de sépulture d’Adélaïde, une fillette décédée à trois mois. Elle était née de parents inconnus. Deux femmes étaient présentes à son inhumation, alors qu’on y voit plus souvent des hommes.

Le vingtrois octobre Mil huit cent soixante six nous prêtre / curé soussigné avons inhumé dans le cimetière de cette paroisse par [l’ordre] / du coroner du district le corps de Adélaïde décédée accidentellement l’a / vant veille à l’âge de trois mois; elle était née de parens inconnus. / Présens à l’inhumation Rachelle Chapados & Zoë Castilloux soussignées. / Rachel Chapados / Zoé Castilloux / Ch. G. Fournier pt

Trois mois plus tôt, une enfant était baptisée le 30 juillet, née dix jours plus tôt. Dans la marge, elle était citée « Adélaïde Inconnue ». Ça ne pouvait être qu’elle ! Elle avait quand même eu la chance d'avoir un parrain et une marraine.

Le trente juillet mil huit cent soixante six nous prêtre / curé soussigné nous avons baptisé Adélaïde née le vingt de parens incon / nus. Le parain a été Benjamin Castilloux et la marraine Anne / Albert qui n’ont pu signer. / Ch. G. Fournier Pt

Mourir d’un accident à trois mois ! Qu’avait-il donc pu se passer ? L’aurait-on échappée ? Écrasée par mégarde ? Fait tomber un objet lourd sur elle ? Et quoi encore... Trop triste, ces histoires d'enfants qui meurent !

© Lucie Delarosbil, 2014

Sources des actes: FamilySearch, Québec, registres paroissiaux catholiques, 1621-1979, Paspébiac, Notre-Dame-de-Paspébiac, BMS 1839-1866, images 443 et 446/476.

Publié dans Causes de déces

Commenter cet article