Ditto ditto ditto ditto ditto

Publié le par Lucie Delarosbil

Dans le Recensement 1831, « ditto » était le mot le plus cité. Dans la section « Bonaventure to Point au Maquereau », on le retrouvait des centaines de fois, répété dans les deux colonnes des catégories suivantes: « Métier ou profession » et « Sous quelle tenure ces terres sont possédées par la famille », et souvent sous son diminutif, « do ». En fait, ce mot signifie « idem » en français, un mot utilisé pour éviter les répétitions !

La colonne 7 des métiers

Sur les 410 chefs de famille, de Bonaventure à Pointe au Maquereau, il y avait 322 ferniers, 60 pêcheurs, huit laboureurs, quatre marchands, deux prêtres missionnaires, un juge, un avocat, un marin, un médecin, un sherif, un constructeur de navire (charpentier ou menuisier), un géomètre, un commerçant, un bûcheron (ou défricheur) et un fabricant de cabane. En plus, deux chefs étaient à la fois fermiers et pêcheur, et un autre, fermier et maître d’école. Par ailleurs, Madame Caron, chef de famille à New Carlisle, ne pratiquait pas de métier.

À part l’abbé Boivert, les 150 chefs des quatre premiers feuillets étaient tous des fermiers, incluant Philip Rafter, le maître d’école à New Carlisle. D’ailleurs, il était aussi spécifié que ce village débutait chez le fermier McGear, à la dizième rangée du feuillet 4. Le feuillet 5 contenait au complet des familles de ce village qui se terminait dans le feuillet 6. Il s’avère difficile de déterminer avec exactitude la démarcation entre New Carlisle et Paspébiac à cette époque. Cependant, si on se base sur le plan de 1787, Paspébiac débutait à l'ouest par un terrain « vacant » précédant celui de Robert Loisel. Donc, il se pourrait que cela ait été de même pour l'année 1831. Paspébiac commencerait ainsi à la première famille des Loisel de ce recensement.

Les métiers des feuillets 5 à 11

À part les 172 fermiers et les 60 pêcheurs, divers métiers étaient cités sur ces feuillets. Dans le cinquième, à New Carlisle, on trouvait l’avocat Thomas Debloy, le marin John McLenan, le marchand Daniel Hay, le fabricant de cabane, Daniel Ramsey, le médecin Georges Douglas, le missionnaire de l’Église d’Angleterre, le révérend Doolittle, ainsi que les laboureurs John Tague et William Craig.

Sur les feuillets 6 et 7, lequels contenaient des familles de New Carlisle et de Paspébiac, il y avait le shérif Ferguson Winter, le juge Thompson, le constructeur de navire James Day, le commerçant Jacques Lamy et les deux marchands, Charles Robin et Alexander McPherson. Notons 35 fermiers et 32 pêcheurs, sans oublier Fabien Duguay et John Hartue (Horth?) qui pratiquaient les deux métiers à la fois.

Sur les feuillet 8 à 11, on retrouvait le marchand John Robson, le géomètre William McDaniels, le bûcheron ou défricheur William Carter et six laboureurs. Notons 108 fermiers et 28 pêcheurs, ces derniers sans doute concentrés à Port-Daniel.

© Lucie Delarosbil, 2014

Publié dans Étude 1831

Commenter cet article

Jean-Michel Girardot 04/06/2014 20:38

Votre inventaire donne une bonne idée de ce petit monde. Je me permettrai de dire que les Britanniques ont l'air assez nombreux.