Familles de Paspébiac en 1831

Publié le par Lucie Delarosbil

Dans le Recensement du Bas-Canada de 1831, les chefs de familles de Paspébiac étaient nommés dans les feuillets 6 et 7, de la section « Bonaventure à Pointe au Maquereau » du comté de Bonaventure. Si on se base sur le plan de Paspébiac en 1787, de Loisel à Chappatot, le territoire du recensement de 1831 devrait inclure 38 ménages. Cependant, le terrain vacant de 1787, du côté ouest de Loisel, pouvait appartenir à une famille de Huard en 1831.

Huard et Duguay

Les deux plus grandes familles comptaient en tout 50 personnes pour onze ménages. On retrouvait ces deux familles dans d’autres villages à l’est de Paspébiac, autant que quatre ménages de Huard et sept ménages de Duguay. On en reparlera dans l’étude.

L’ancêtre pionnier des Huard, Pierre Huart, avait épousé Catherine Caplan, la fille du pionnier gascon Guillaume Capela, époux d’une autochtone micmaque. Son nom ne figurait dans aucun recensement. Il serait originaire de Metz, en France. Il avait vécu à Pabos.

Les six ménages de 1831: 1. Louis, fermier de 59 ans, Geneviève Delarosbil et quatre enfants; 2. Joseph, fermier de 38 ans, Elisabeth Dunn et trois enfants; 3. Romain, fermier de 29 ans, Geneviève Grenier et un enfant; 4. Jacques, fermier de 21 à 29 ans, une épouse et trois enfants; 5. Frédéric Jn, pêcheur de 21 à 29 ans, une épouse et trois enfants; 6. Frédéric Sr, pêcheur de 21 à 29 ans, une épouse et un enfant. Les trois derniers chefs de cette famille n’étant pas mentionnés dans le répertoire de Bona Arsenault, on ne peut les identifier sans faire une recherche plus exhaustive.

L’ancêtre pionnier des Duguay, René Duguet, avait épousé Marguerite Lebreton (ou Berton), une métisse gaspésienne. Il serait originaire du Pays basque. Son nom ne figurait dans aucun recensement, alors que sa veuve figurait dans celui de 1777 à Paspébiac.

Les cinq ménages de 1831: 1. Edouard, fermier de 21 à 29 ans, une épouse et deux enfants. Non identifiés; 2. Joseph, fermier de 57 ans, veuf de Hélène Boulay, et deux enfants adultes; 3. Fabien, fermier et pêcheur de 53 ans, Marie-Anne Béland dit Daraiche et sept enfants; 4. René, pêcheur de 30 à 59 ans, une épouse et trois enfants; 5. Pierre-Aimé, pêcheur de 31 ans et Marie-Rebecca Loisel. Aucun enfant.

Chapados, Lebrasseur et Delarosbil

Les trois familles suivantes comptaient 62 personnes pour neuf ménages. Elles se divisaient chacune en trois ménages, toutes concentrées à Paspébiac.

L’ancêtre pionnier des Chapados, Joannis Chapado, avait épousé Catherine Laroc, la fille du pionnier François Laroc et petite-fille du pionnier gascon Guillaume Caplan. Son nom figurait dans les recensements 1765 et 1777 à Paspébiac, et sa veuve sur le premier lot du plan de Paspébiac en 1787. Il était originaire du Pays basque. Jean-Bénoni, Michel-Joseph et Jean-Michel étaient ses trois petits-fils qui assurèrent la transmission du patronyme par son fils Jean-Nicolas. Les trois ménages de 1831: 1. Jean-Bénoni, pêcheur de 55 ans, Marie-Anne Huard et quatre enfants; 2. Michel-Joseph, pêcheur de 50 ans, Rosalie Landry et sept enfants; 3. Jean-Michel, pêcheur de 58 ans, veuf de Victoire Grenier, et quatre enfant.

L’ancêtre pionnier des Lebrasseur, Mathieu Brasseur, avait épousé Anne-Marie Pitre en Acadie. Il s’était exilé pour fuir la déportation acadienne. Son nom figurait dans les recensements 1760 à Ristigouche, 1765 à Paspébiac, et sa veuve, dans le recensement 1777 à Paspébiac. Les trois ménages de 1831: 1. Nicolas, fermier de 41 ans, Elisabeth Loisel et sept enfants; 2. Emmanuel, pêcheur de 51 ans, Angélique Roussy et sept enfants; 3. Séraphin, pêcheur de 24 ans, Jovette Langlois et un enfant.

L’ancêtre pionnier des Delarosbil, Bertrand Darrosbile, avait épousé Marie Dunis, la fille du pionnier Louis Dunis, époux de Madeleine Laroc. Son nom figurait dans le recensement de 1777 et sur le lot 14 du plan de Paspébiac en 1787. Il était originaire du Pays basque. Pierre et Adrien étaient ses deux seuls fils qui assurèrent la transmission du patronyme. Frédéric était le fils de Pierre. Les trois ménages de 1831: 1. Frédéric, fermier de 29 ans, Séraphine Duguay et un enfant; 2. Adrien, pêcheur de 39 ans, Marie-Osithe Duguay et sept enfants; 3. Pierre, pêcheur de 52 ans, Marie-Rose Duguay et sept enfants.

Parisé, Loisel et Anglehart

Ces trois familles comptaient 35 personnes pour six ménages. Elles se divisaient chacune en deux ménages. Des Anglehart et des Parisé étaient aussi recensés à l’est de Paspébiac, en un ménage de plus pour chaque famille.

L’ancêtre pionnier des Parisé, Gilles Parisé, avait épousé Angélique Michaud à Québec. L’origine de Gilles était parisienne, et Angélique, québécoise de Kamouraska. Les deux ménages de 1831: 1. Michel, pêcheur d’environ 59 ans, Louise Grenier et cinq enfants; 2. Hubert, pêcheur de 29 ans, Julie Huard et deux enfants.

L’ancêtre pionnier des Loisel, Robert Loiselle, avait épousé Anne-Elisabeth Roussy, la fille du pionnier Pierre-Léon Roussi, originaire de La Rochelle en France, et d'Anne Chapado, la fille du pionnier Joannis. Son nom figurait dans le recensement 1777 à Carleton, et sur le lot 28 du plan de Paspébiac en 1787. de Les deux ménages de 1831: 1. André, fermier de 48 ans, Madeleine Lebrasseur et six enfants; 2. André Jn, fermier de 21 ans, Julienne Duguay et un enfant.

L’ancêtre pionnier des Anglehart, Jean-Baptiste Migkelharte, avait épousé Anne Chapados, la fille du pionnier Joannis. Son nom figurait sur le lot 2 du plan de Paspébiac en 1787. Il était Allemand. Les deux ménages de 1831: 1. Jean, pêcheur de 21 à 29 ans, une épouse et deux enfants. Non identifiés; 2. Philippe, pêcheur de 36 ans, Isabelle Delarosbil et sept enfants.

Joseph, Roussy et Allain

En 1831, ces trois familles n’habitaient pas à Paspébiac en tant que tel comme aujourd’hui. Les Joseph étaient situés avant la limite ouest du village. De leur côté, les Roussy habitaient pour la majorité à Hope ou Hopetown, tandis que les Allain semblaient encore plus à l’est, probablement à Saint-Godefroy et Port-Daniel. On reparlera d’eux plus tard dans l’étude, ainsi que de ces familles d’un seul ménage à Paspébiac: Grenier, Castilloux, Harquail, Day, Leblanc, Denis, Basque (?), Lamy, Enright, Horth, Demie (?) et Lanteigne. De plus, parmi les ménages uniques, on ajoutera les Holmes, les Whittom et les Daraiche.

© Lucie Delarosbil, 2014

Modifications: 11 juin 2014

Sources: Bona Arsenault, Les registres de Paspébiac 1773-1910, 1987.

Publié dans Étude 1831

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article