Quétaine de compter les moutons ?

Publié le par Lucie Delarosbil

Quétaine, mot québécois d’origine incertaine, selon Le Petit Larousse, qui le définit ainsi: « Sans originalité; de mauvais goût ». Plusieurs sites apportent leurs interprétations de ce mot et de ses origines. Dans le titre de ce billet, il prend le sens de « dépassé ». Est-ce dépassé que de compter les moutons quand on n’arrive pas à s’endormir ? « Compter les moutons », une pratique d’origine tout aussi incertaine que le mot « quétaine » ? Qu’en sais-je, à part que le titre me sert de prétexte pour présenter le comptage des animaux dans le Recensement de 1831, de Bonaventure à Pointe au Maquereau.

Chacun sa catégorie

Dans ce recensement, il n’y avait pas de chats, ni de chiens, ni de lapins. Comptés dans l’ordre qui suit, les animaux aidaient à la subsistance des familles: bêtes à cornes, chevaux, moutons et cochons. On ne nous apprend pas les résultats de la chasse et de la pêche. Le plus étonnant: aucune volaille !

Pour les 410 familles, voici les résultats recensés sur les 11 feuillets: 1. (97-24-153-143), 2. (177-44-292-238), 3. (166-34-230-246), 4. (154-34-143-187), 5. (108-32-119-189), 6. (117-23-104-170), 7. (100-10-64-151), 8. (140-20-116-152), 9. (111-11-133-188), 10. (95-2-61-157) et 11: (99-7-98-143). Total: 1364 bêtes à cornes, 241 chevaux, 1513 moutons et 1964 cochons.

Conclusion

On constate la rareté des chevaux et la multitude des bêtes à cornes, moutons et cochons. Puis, à partir de Paspébiac (f. 6), la quantité de chevaux diminuait de façon spectaculaire. En 1831, dix chevaux (f. 6-7) appartenaient à nos ancêtres M. Holmes, John Whittom, Louis Huard, André Loisel, Jean Grenier, Nicolas Lebrasseur, François Langlois, Emmanuel Lebrasseur, Pierre Duguay et Jean Michel Chapados.

© Lucie Delarosbil, 2014

Sources: « Quétaine » dans le site La Parlure. « Quétaine » dans le site Portail linguistique du Canada. « Kétaine » et « Compter les moutons » dans le site Wikipédia. « La véritable origine du mot Kétaine » dans le site Le panthéon de la kétainerie. « D’où vient l’expression ''compter les moutons'' » dans le site Passion animale.

Publié dans Étude 1831, Ancien village

Commenter cet article

Jean-Michel Girardot 19/06/2014 14:11

Pas étonnant que les volailles soient absentes des comptes : dans l'antiquité elles n'étaient pas comptées non plus dans la fortune. En latin, le nom de l'argent, pecunia, vient de celui du bétail, pecus.

Jean-Michel Girardot 19/06/2014 15:01

C'était mon métier :-) Les sociétés traditionnelles se ressemblent toutes et les unes aident à comprendre les autres !

Lucie Delarosbil 19/06/2014 14:40

Merci pour ces détails ! Intéressant ! Je ne savais pas. L'étude du latin s'est arrêtée l'année d'avant que j'entre à l'école.