Frères pas frères les Harquail ?

Publié le par Lucie Delarosbil

Le 4e couple de ma 7e génération: Rose Duguet et Jacques Harquail.

Née le 20 octobre 1783, Rose Duguet était la fille de Véronique Chapado et de Jacques Duguet, les enfants des pionniers Joannis Chapado et René Duguet. Évidemment, Rose était la cousine d’Osithe Duguet, la fille de René (de mon 2e couple); ainsi que de Madeleine Brasseur (de mon 3e couple), la fille de Cathérine-Thérèse Duguet. René et Catherine-Thérèse étaient le frère et la soeur de son père Jacques Duguet. Rose avait quatre soeurs et trois frères: Euphrosine née en 1776, Victoire née en 1778, Alexandre né en 1781, Hubert né vers 1785, Edouard né en 1788, Modeste née en 1790 et Adélaïde née en 1792.

De son côté, Jacques Harquail serait arrivé de l’île Jersey vers 1811. Selon son âge sur son acte de sépulture, il serait né en 1767. On connaît les mentions d’âge aux décès, elles peuvent varier de plus ou moins dix ans. Or, si on s’y fiait, Jacques serait arrivé à 44 ans, se serait marié vers 47 ans avec une femme de 31 ans, et ils auraient eu leur premier enfant à 35 et 48 ans. Possible ! Selon les registres, ils n'avaient eu que trois enfants.

Qui étaient les parents de Jacques Harquail ? On a supposé qu’il avait « probablement » un frère pas très loin de chez nous. Rien ne le prouve mais il se trouve que vingt ans plus tôt, le 2 octobre 1792, un certain « Edouard Hacquel Dit Aquo » s’était marié à Bonaventure avec Angélique-Rosalie Robichaud; il était le fils de « Pierre Hacquel et de Rachel vautier ». Aucune mention de Jacques sur son acte de mariage. Ce Pierre Hacquel serait venu à Bonaventure vers 1790. Le nom véritable serait Hacquoil, originaire de Saint-Ouen en Île Jersey. Au 19e siècle, beaucoup d’hommes de ce nom ont navigué pour la compagnie Robin, dont un certain Thomas, capitaine d’un brigantin, qui était chez nous en 1795.

Les trois enfants du couple Duguet/Harquail avaient été baptisés sous Acou et Aco: Marie née en 1813, Jacques né en 1815 et Émilie née en 1817. Leur père était absent à leurs baptêmes. Il avait été inscrit « cultivateur » en 1813 et « pêcheur » en 1817. Emilie Harquail était née le 3 juin 1817, et baptisée le 13. Son parrain, Julien Duguet, était le mari de sa tante Modeste Duguet, la soeur de sa mère; d'ailleurs, il était aussi son cousin. Mais qui était sa marraine, Émilie Parenteau ?

Le treize juin mil huit cent dix sept Par Nous Prêtre / Missionnaire soussigné a été Baptisée Emilie née le / trois juin précédent du légitime mariage de Jacques Aco / pêcheur de Paspébiac et de Rose Duguet. Parrain Ju / lien Duguet et la marraine Emilie Parenteau qui n’ont / sû signer. Le père absent. De cet enquis Un mot rayé nul / Fens. Demers Ptre

La soeur d'Émilie, Marie décèdera à 16 ans en 1829. Son père était présent à sa sépulture et inscrit « James Ancou journalier ». Son frère et elle-même épouseront deux enfants de Madeleine Brasseur et André Loiselle. Jacques épousera Suzanne Loiselle en 1838, aura dix enfants et sera marchand à Magpie en 1857. De ma 6e génération, Émilie s'était mariée avec Siméon Loiselle quatre ans avant son frère, le 20 janvier 1834. Leur fille Marie, le sosa 17 de ma 5e génération, avait épousé Salomon Darosbile, mon sosa 16, le fils d'Adrien et d'Osithe Duguet, d'où découle le sosa 8 de ma 4e génération, leur fils Simon Delarosbie, mon premier arrière-grand-père.

Finalement, Rose Duguay décédait le 23 juin 1872, dix ans après sa fille Emilie. Bien que son acte de sépulture spécifiait qu’elle avait 97 ans, elle n’avait en vérité que 89 ans. On la disait « épouse de Jacque Harquail » et non veuve. De son côté, Jacques, inscrit sous le nom de « James Acou », était décédé quarante ans avant Rose, soit le 1er avril 1833, mais quatre ans après leur fille Marie. On le disait « charettier » et âgé de 66 ans.

© Lucie Delarosbil, 2014

Sources: FamilySearch, Québec, registres paroissiaux catholiques, 1621-1979, Emilie: Bonaventure, Saint-Bonaventure, BMS, 1810-1816, Image 245-246/276. Harquail: « Index des familles jersiaises et guernesiaises en Gaspésie » sur le site tonylesauteur.com et « Harquail » sur le site Ancestrologue.

Commenter cet article

Gendreau-Hétu 04/08/2014 00:43

Les deux frères HARQUAIL ont-ils des patrilignages jusqu'à nous? :-). Dans l'espoir d'un CQFD. Puis il y a Jersey... éventuellement. Belle recherche, bel article.