Madame Alexis Caron

Publié le par Lucie Delarosbil

Dans le Recensement de 1831, une certaine « Madam Caron » attirait un peu plus l’attention que les autres veuves auxquelles on avait acollé les titres de « Mrs » et « Widow » aux noms de leurs maris décédés. Qui était cette femme catholique qui habitait à New Carlisle ?

La section « CARON » du répertoire Les registres de Paspébiac 1773-1910 (p. 230) citait deux sépultures en 1827: celle du juge Alexis Caron, le 28 février, et celle de sa fille Louise Catherine, le 29 février. Cette dernière date s’avérait assez étrange car en cette année-là, il n’y avait pas de 29 février. Par ailleurs, la madame Caron en question, de son nom de fille Pommereau, portait un bien drôle de prénom pour une « dame »: Charles-Gilles. Sur les actes originaux, on indiquait bien la sépulture d’Alexis Caron le 28 février, décédé le 25, mais la sépulture de sa fille avait eu lieu le 29 juin, décédée l’avant-veille, et non le 29 février.

Par une recherche plus exhaustive, on peut élaborer un portait plus détaillé de la vie de cette veuve, résidante de New Carlisle en 1831. Son nom de baptême: Charlotte Gille Pomereau, souvent nommée Gillette et Charlotte Gilette, Pommereau et Pomerleau. Née le 18 août 1773 à Trois-Rivières, elle était la fille de Jean-François Pomereau et de Marie-Anne Bolvin (Boivin). Le 3 mai 1792, elle avait épousé à Québec le veuf de Josette Cartier, Joseph Lelièvre Duval, avec qui elle avait eu cinq enfants: Marie Hermine (1801), Joseph Jacque (1802), Olivier Charles (1803), François Didier (1805) et Charlotte Isabelle (1806). On ne retrouve pas de naissance pendant les neuf premières années de leur mariage.

Le 4 juin 1807, Charlotte Gillette Pommereau épousait à Québec Alexis Caron. Né le 2 novembre 1764, cet homme de 42 ans était le fils aîné d’Alexis Caron et de Catherine Tessier, de Montréal. Avec lui, elle avait eu trois enfants, tous nés à Québec: Alexis (1808) décédé vers trois semaines, Charles Louis Alexis (1809) et Catherine Louise (1810). Au cours de sa vie, son deuxième époux avait siégé comme député de Verchères de 1802 à 1804. Il avait participé à la guerre Anglo-américaine de 1812 à 1814, en tant que « major de milice dans la seigneurie de Beauport ». Avant de mourir, il occupait le poste de juge du district de Gaspé depuis 1821, précédant le juge Thompson.

En 1831, à New Carlisle, une fille de plus de 13 ans vivait avec Madame Caron.

© Lucie Delarosbil, 2014

Sources: Base de données BMS 2000 de la Société de généalogie de Québec. « Caron (Alexis) » dans le site La mémoire du Québec. « Juge justiciable et la justice » dans Fouilles Trouvailles.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article