Pierre D'AROSBIL 2e en Amérique

Publié le par Lucie Delarosbil

Le deuxième des neuf enfants de l’ancêtre et pionnier Bertrand Darospide (Darrosbile) et de son épouse légitime Marie Dunis, Pierre D'AROSBIL s’avère le premier né garçon des descendants de cette famille en Amérique, sa soeur Marie, son aînée de deux ans, étant la première de tous.

Pierre naquit à Paspébiac le 28 mars 1779. Son grand-père maternel Louis Dunis l’ondoya. Le 17 avril 1782, à trois ans, il fut baptisé avec ses soeurs Marie (5 ans) et Geneviève (1 an ½), ainsi que plusieurs autres enfants de Paspébiac. Ce devait être un grand jour pour les habitants de la place ! Ses parrain et marraine, Léon Dunis et Magde (Madeleine) Dunis, étaient les frère et soeur de sa mère Marie Dunis. Le 29 avril 1792, âgé seulement de treize ans, Pierre Darosbil devint le parrain de son frère cadet Adrien, né le 3 mars.

À vingt ans, le 24 février 1800, Pierre « Darosbille » épousa Marie Rose Duguet, la fille de Pierre et de Marie Josèphe Brasseur, née le 30 septembre 1777 et baptisée le 14 août 1778. Elle était la petite-fille des pionniers René Duguet, époux de Marguerite Berton, et Pierre Brasseur, époux de Marguerite Gaudet, cette dernière grand-mère étant aussi sa marraine. Sur l’acte de son mariage, Pierre était inscrit « fils majeur » mais il n’avait pas encore atteint ses vingt et un ans. Il était « pêcheur à Paspébiac ». Les quatre témoins étaient le père et le beau-frère de Pierre: Bertrand et Martin Haoutséna, ce dernier plus connu sous le nom de Pierre Arotsaina, l’époux de sa soeur Marie; et deux oncles de Marie Rose: Pierre Langlois et Jean Chapadeau. Seul Bertrand signa le document avec le prêtre Delavaivre.

Entre 1800 et 1821, Pierre Darosbil et Marie Rose Duguet eurent dix enfants, les sept garçons et les trois filles que voici: Pierre né le 9 décembre 1800 et baptisé le 1 mars 1801; Frédéric né le 19 janvier 1802 et baptisé le 14 février; Michel né le 29 septembre 1803 et baptisé le 4 mars 1804; Marie née le 4 janvier 1806 et baptisée le 9 mars; Hippolyte né le 24 janvier 1808 et baptisé le 13 mars; Gérard né le 10 mars 1809 et baptisé « Rosbil » le 1 avril; Prudente née le 3 juillet 1812 et baptisée deux jours après; Élisabeth née le 22 mars 1814 et baptisée le 2 mai; Grégoire né le 24 juillet 1816 et baptisé le lendemain; et Jules né le 15 juin 1821 et baptisé le 29. Tous se marièrent et eurent des enfants, sauf Hippolyte qui perdit la vie le 22 juin 1824 à seize ans.

Le 28 avril 1825, Marie « Darosbille » épousa Lazare Dugué, le fils de feu Jean-Marie et de Marie-Anne Tareau. Elle devint veuve après une douzaine d’enfants. Elle se remaria sous le nom « de la Rosbie » le 18 janvier 1859 avec le veuf de Marguerite Laroque, Michel Aubut, fils de Michel et de Madeleine Huart. Le 11 septembre 1826, Frédéric « Darosbille » épousa Mathilde Loisel, la fille d’André et de Madeleine Brasseur, devint veuf quatre mois plus tard et se remaria sous « Delarosby » le 11 janvier 1830 avec Séraphine Duguay, la fille de Joseph et d’Hélène Boulet. Ce même jour de 1830, l’aîné Pierre « Delarosby » se maria avec Cécile Grenier, la fille de Joseph et de Madeleine Langlois, veuve de Jules Huart depuis 1828 et mère d’au moins deux filles, l’une d’elles prénommée Marie-Rose comme la mère de Pierre.

Un fait particulier est intéressant à prendre en note dans cette famille: trois enfants de Pierre Darosbil et de Marie Rose Duguet épousèrent trois enfants de Bénoni Chapados et de Marie-Anne Huart. En effet, Prudente « de la Rosby » se maria avec Bénoni Chapados, le 7 octobre 1829; son frère qui la précèdait de naissance, Gérard « Darosbille », avec Élisabeth Chapados, le 30 septembre 1833; et sa soeur qui la suivait, Elisabeth « Darosbille », avec Abraham Chapados, le 26 septembre 1837. Imaginons tous les cousins et cousines, presque des frères et soeurs, pas loin de vingt-cinq en tout.

Entre temps, à Percé, le 26 novembre 1834, Michel « DelaRosebille » de Paspébiac avait épousé Marie Catherine Dupuis de Petit Pabos, la fille de François et de Catherine Stibre. Plus tard, le 26 janvier 1843, ce fut Grégoire « Delarosbille » qui épousa en premières noces Suzanne Denys (Dunis), la fille de Louis et d’Adélaïde Huart, et en secondes noces sous « de la Rosbie » , le 21 janvier 1861, la veuve de Joseph Huart, Marie Maldemay, la fille de Joseph et Geneviève Aspirot. Finalement, le dernier enfant du couple semblait bien s’être marié le dernier, car on suppose que c’était autour de 1846 que Jules aurait épousé Barbe Beaudry, la fille de Jacques et de Marguerite Castilloux, possiblement à Port-Daniel.

Le 21 avril 1834, c’était à cinquante-cinq ans que Pierre « Darosbille » décéda. Il fut inhumé le 9 mai suivant en présence de son frère Adrien et d’André Loiselle. Sur le registre, on le disait « cultivateur ».

Près de vingt ans plus tard, Marie Rose « Duguay » décéda à son tour le 30 juillet 1753, à soixante-seize ans. Sa sépulture avait lieu le 1er août en présence d’Hubert Castilloux et de Timothé Parisé. Pas un de ses fils, ni un de ses petits-fils cité en tant que témoin, comme à son mariage, ce ne fut ni son père, ni un de ses frères.

© Lucie Delarosbil, 2014

Commenter cet article