Lien entre La Corriveau et Paspébiac

Publié le par Lucie Delarosbil

Que vient faire Marie-Josephe Corriveau (1733-1763) dans la généalogie des gens de Paspébiac ? Rien ! Ou presque ! Du moins parmi nos ancêtres les plus lointains... Mais il se trouve que ces jours-ci, très concentrée dans ma lecture du récent livre La Corriveau. De l’histoire à la légende, je suis tombée sur un bref passage concernant ses trois enfants et leur descendance. Ainsi, le 16 octobre 1769, à Saint-Vallier, Angélique Bouchard, la seconde fille de cette femme devenue légendaire, avait épousé Jean-Baptiste Quemeneur dit Laflamme. Et, au fil des ans, elle avait donné naissance à douze petits Quemeneur dit Laflamme.

Quemeneur dit Laflamme ! Ce nom fit jaillir - instantanément, je dois dire - un souvenir dans mon esprit. Une fille de pionnier de Paspébiac, Françoise Duguay, avait été mariée à un certain Joseph Kemner cité dans la section du patronyme « Laflamme » dans un répertoire de Bona Arsenault. Selon leur acte de mariage, le 3 août 1795, à Percé, Françoise était la « fille mineure de Jean Dugué & de Marie anne Taroth habitans pêcheurs de Paspébiac ». De son côté, Joseph était le « fils Majeur de Joseph Kemner & de Marie Thibault Ses pére & mére habitans de la pointe St Pierre Baye de Gaspé ». Le couple Kemner / Dugué eut au moins six enfants entre 1796 et 1815: deux filles, Catherine et Françoise, et quatre garçons, Joseph, Jean, Isaac et Pierre.

Bien sûr, la curiosité m’incita à fouiller pour savoir le lien de parenté entre les deux hommes. Vingt-six ans séparaient leurs deux mariages. Une génération ! Et le pionnier François Quemeneur s’était marié au tout début de ce siècle, en 1700, à Saint-François de l’Île d’Orléans. Deux générations, si on peut dire, entre lui et Jean-Baptiste. Donc, il pouvait être son grand-père et l’arrière-grand-père de Joseph Kemner, de la baie de Gaspé, le mari de notre Françoise. De plus, Jean-Baptiste pouvait être l’oncle direct de Joseph, qui sait... Dans leur acte de mariage, on peut lire que Jean-Baptiste était le « fils de joseph quemeleur et d angelique la chance », et que Angélique était la « fille de feux charles bouchard et de défunte marie joseph corrivaux ».

Tentons la descente d’une lignée. François Quemeneur, le pionnier québécois, avait eu douze enfants avec Marie-Madeleine Chamberland, la fille de Simon et de Marie Boileau. En parenthèse, précisons que cette dernière avait été une fille du roi, laquelle on reverra d’ailleurs dans la généalogie de Rosalie Chamberland, l’ancêtre-mère des descendants des Fulham.

De ce premier couple Quemeneur / Chamberland, l’un de leurs enfants, le quatrième, semble-t-il, se prénommait Joseph. Il avait épousé Angélique Lachance, la fille d’Antoine et de Rose Lepage, le 24 novembre 1732, au même endroit que ses parents. Le couple Quemeneur / Lachance avait donné naissance à au moins quatre garçons: Joseph (1733), Michel (1740), Jean-Baptiste (1743) et François (1745). Là se trouve le lien, dans cette génération là ! Avec les frères Joseph et Jean-Baptiste...

L’aîné, cet autre Joseph, avait épousé Marie-Louise Thibault, la fille d’Athanase et d’Elisabeth Gagné, le 14 avril 1760, à Montmagny. Ils eurent au moins cinq enfants, dont Joseph Kemner. Or, c’était « l’oncle » de ce troisième Joseph de la lignée, le frère de son père, ce « Jean-Baptiste » là, qui s’était marié avec Angélique Bouchard, la fille de Charles et de Marie-Josephe Corriveau. Les enfants Kemner / Duguay étaient donc les petits-neveux et les petites-nièces du couple Quemeleur / Bouchard.

© Lucie Delarosbil, 2015

Sources: Catherine Ferland et Dave Corriveau, La Corriveau. De l'histoire à la légende, 2014, p. 146. Bona Arsenault, Les registres de Carleton 1773-1900, p. 500 et 513. FamilySearch, Québec, registres paroissiaux catholiques, 1621-1979, « Carleton, BMS 1759-1810, Image 233 de 564 » et « Saint-Vallier, BMS, 1713-1788, Image 361 de 626 ». « François Quemeneur » dans le site Généalogie du Québec et française d'Amérique. Dans ce blogue: « Le vrai nom de l'épouse de Jean Marie Dugué » et « Les enfants des premières familles ».

Commenter cet article

Jean-Michel Girardot 09/02/2015 07:18

Encore une recherche exemplaire !