À la recherche de ses parents

Publié le par Lucie Delarosbil

La famille souche de Pierre Huart et de Catherine Caplan était composée d’une fille et de cinq garçons: François (Geneviève Duguay), Pierre (« fils » parrain de Pierre-André Chapadeau), Anne (Pierre Langlois), Gabriel (Geneviève Lepeau), Jacques (Anne Duguay) et Jean (Marguerite David).

Deux des frères, François et Jacques, s’étaient unis à deux des filles de René Duguet et de Marguerite Lebreton. On reconnaît à ces deux couples au moins six enfants, trois filles et trois garçons chacun. Lequel avait une fille de plus, prénommée Marie ou Marie-Josephe ?

De prime abord, on peut déjà présumer du soin que les deux couples avaient pris pour ne pas attribuer les mêmes prénoms aux douze enfants; et de même pour les six filles avec des prénoms différents des deux mères.

  • Enfants de François Huart et de Geneviève Duguet, mariés le 25 juin 1753 à Pabos: Suzanne (Louis Maillou), Catherine (François Allain), Jean (Madeleine Dunis), Joseph (Marguerite Lantin), Elisabeth (Roch Dareche) et François (Anastasie Duguet). Tous s'étaient mariés entre 1776 et 1795, à Paspébiac.
  • Enfants de Jacques Huart et d’Anne Duguet, mariés sûrement avant 1768, probablement à Paspébiac: Jacques (Judith Chapadeau), Marie-Madeleine (Michel Aubut), Louis (Geneviève Darosbil), Théotiste (Benjamin Joseph), Pierre (Anne Anglehart) et Anne-Marie (Bénoni Chapadeau). Tous s'étaient mariés entre 1788 et 1803, aussi à Paspébiac.

Quel couple pouvait être les parents de Marie Huart ? Selon toute vraisemblance, il s'agirait de François Huart et de Geneviève Duguet.

Des recensements

En prenant note que les dates de naissance mises entre parenthèses sont basées sur les années de mariage ou les dates de décès, de même que sur une certaine logique de temps entre deux naissances. Au recensement de 1761, ce couple avait deux filles et un garçon: sans aucun doute Suzanne (v1754), Catherine (v1756) et Jean (1761).

Au recensement de 1774 (1er avril), Geneviève Duguay, devenue veuve, était avec deux garçons et quatre filles; donc un garçon et deux filles de plus: Joseph (v1768), Elisabeth (v1771) et une fille « inconnue ». Comme on sait que le couple avait engendré au moins un troisième fils, Geneviève pouvait être enceinte de lui au moment de ce recensement: François (v1774). Un supposé enfant « posthume » qui rendrait plus précise la date de décès de son père, au plus dans les neuf mois précédents, après le 1er juillet 1773 ?

Il s’avère dommage que Geneviève Duguay, veuve de François Huart, ne figure sur aucun des recensements de 1777. Sa soeur Anne et son beau-frère Jacques Huart, non plus d’ailleurs. Ces derniers, ni même sur celui de 1774... Par contre, en 1765 (dans ce recensement ne paraissant pas très clair et précis et manquant tellement de femmes et de filles), quand on compare avec 1761 on constate qu’un enfant de moins de quinze ans avait été ajouté à la famille de François Huart: Marie (v1765), la fille « inconnue » de 1774 ?

Des baptêmes

En tentant de trouver quelques indices dans les actes de baptême des enfants de Marie Huart et de Joseph Brasseur, on pourrait peut-être identifier François Huart et Geneviève Duguay comme étant les parents de Marie Huart. Trois baptêmes sur quatre sont disponibles. Six parrains et marraines:

  • Joseph Huart et Véronique Chapadeau pour Joseph Brasseur, né le 7 février 1788;
  • Pierre Dugaie et Anne Dugaie pour Théotiste Brasseur, née le 9 février 1790;
  • Bertrand Darosbil et Geneviève Dugaie pour Félicité Brasseur, née le 21 février 1792.

Trois enfants nés en février ! Evidemment, le parrain Joseph Huart était le fils de François et de Geneviève Duguet, et serait l’oncle de Joseph Brasseur si Marie Huart était sa soeur; et Geneviève Dugaie serait ainsi la marraine de sa petite-fille Félicité Brasseur.

Des mariages

Un seul indice, plus accrocheur que tous les autres, pourra suffire à identifier les parents de Marie Huart. Un coup d’oeil parmi les témoins aux mariages des enfants qu’elle avait eus avec Joseph Brasseur. Tout porte à croire que seul les trois orphelines s’étaient mariées mais pas leur frère Joseph:

  • Théotiste, avec Jean-Bernard Castilloux, le 14 septembre 1812;
  • Marie, avec le veuf Jean Michel, le 23 janvier 1821;
  • Félicité, avec Etienne Castilloux, le frère de Jean-Bernard, le 9 novembre 1824.

Étaient écrites dans les actes de mariage de Marie et de Théotiste, respectivement, les deux mentions suivantes: « Jean-Nicolas Chappados et François Huart oncles de l’épouse » et « Pierre Darosbil et Jean Huart amis de l’épouse ». Le témoin François Huart étant évidemment le fils de François et de Geneviève Duguet, étant aussi l’oncle de Marie Brasseur, la fille de Marie Huart, il ne pouvait être que le frère de cette dernière... Et Jean Huart aussi, d'ailleurs, son oncle ou son cousin.

Donc, tout laisse croire maintenant que Marie ou Marie-Josephe Huart était la fille de François Huart et de Geneviève Duguet, l'une des petites-filles de Pierre Huart, Catherine Caplan, René Duguet et Marguerite Lebreton.

© Lucie Delarosbil, 2015

Publié dans Pionniers, Pionnieres

Commenter cet article

Jean-Michel Girardot 24/03/2015 15:51

Encore une belle enquête, menée avec rigueur et méthode !