La première Lucie du village

Publié le par Lucie Delarosbil

24 avril 1803 - Paspébiac

Acte de baptême de Lucie Anglehart, la fille du pionnier originaire d’Allemagne, Jean-Baptiste Migkelharte, et de sa légitime épouse Anne Chapados, native de Paspébiac.

Le vingt quatre avril mil huit cent trois, par moi / prêtre soussigné, ont été supplées les cérémonies du / baptême à Lucie née, le premier jour du dit mois et / ondoyée le même jour, fille de Jean Baptiste Englaerte / pêcheur de Paspébiac, et d’Anne Chappadeau son / légitime épouse. Parrein, Pierre Huart; mareine, / Anne Englaerte, qui, avec la mère, ont déclaré ne / savoir signer. Le père a signé. // A. Lefrançois, Ptre.

Cet acte s’avère une transcription; on n’y retrouve pas la signature du père, tel que spécifié. Les parents de Lucie s’étaient mariés le 13 juillet 1787 à Paspébiac. Elle était la huitième des dix enfants de cette première famille Anglehart à Paspébiac, dont voici les prénoms et leurs dates de naissance: Anne (13 avril 1788), Geneviève (20 février 1790), Jean (16 mars 1792), Rose (vers 1794), Philippe (8 mai 1795), Antoine (25 mai 1796), Modeste (28 février 1798), Benjamin (8 septembre 1800), Lucie (1 avril 1803), Jacques (1 avril 1806) et Marie (23 mars 1809).

Dans les registres paroissiaux, Lucie était aussi connue sous le prénom Lucille, son frère Jean sous celui de Jean-Baptiste, et sa soeur Marie sous Marie-Josephe. Son frère Philippe avait épousé Isabelle (Elisabeth) Darrosbile, la fille de Bertrand et de Marie Dunis (Denis), le 8 mai 1815 à Paspébiac. Son frère Jean-Baptiste avait épousé Louise Blais, la fille d’Antoine et de Thérèse Saint-Fill, le 31 juillet 1815 à Newport. Louise Blais était la soeur d’une autre Lucie, née le 23 juillet 1805, à plus de deux années d’intervalle avec la première, leurs pères étant tous deux des pêcheurs de l’époque. Lucie Blais était aussi nommée Lucille dans certains actes. Voici son acte de baptême:

Le premier aoust mil huit cent cinq, par moi, / prêtre soussigné, ont été supplées les cérémonies / du baptême à Lucie née le vingt trois et ondoyée / le vingt quatre juillet dernier par sa tante Victoire / fille d’Antoine Blaye, pêcheur de la Pointe aux / Génièvres, et de Thérèse Saint Fill, son épouse. / Parrein, François Michel; marreine, Louise / Garnier; qui tous ont déclaré ne savoir signer. // A. Lefrançois, Ptre

Selon Guy Bouthillier, ancien professeur à l’Université de Montréal, président du Mouvement Québec français de 1985 à 1993 et de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal de 1997 à 2003, qui a publié deux très intéressants livres sur les prénoms québécois, masculins et féminins: « Lucie (tout comme sa petite soeur Luce) était connu au temps de la Nouvelle-France. Il l’était aussi au XIXe siècle et au début du XXe, mais toujours bien discret. ».

Oui, toujours bien discret...

© Lucie Delarosbil, 2015

Sources: FamilySearch, Québec, registres paroissiaux catholiques, 1621-1979, Paspébiac, BMS, 1791-1811, Images 30-38-39 de 476. Guy Bouthillier, Nos prénoms et leur histoire. Les prénoms féminins au Québec, Éditions de l'Homme, 2013, p. 181.

Commenter cet article

Luc Loubier 14/05/2015 11:57

Pour Éric Anglehart....

Lucie Delarosbil 23/05/2015 04:39

C'est gentil pour lui. En espérant qu'il vous lise.