Lucie Anglehart et Jacques Lamy

Publié le par Lucie Delarosbil

Le 31 janvier 1826, la première Lucie de Paspébiac, Lucie Anglehart, épousait Jacques Lamy. Dans leur acte de mariage, elle était dite « Lucille », fille « majeure » Jean-Baptiste et d’Anne Chapados, la mère décédée. Jacques Lamy était le fils « majeur » de Toussaint et de Marie Duchesne.

Le trente un Janvier mil huit cent vingt six après / la publication de deux bans de mariage faites aux prones / de nos messes paroissiales pendant deux dimanches et / la dispense du troisieme entre Jacques Lamy fils majeur de Toussaint Lamy et de Marie Duchesne / de cette mission d’une part et Lucille Anglearte fille / majeure de Jean Baptiste Anglearte et feu Anne Chappados / de la même mission d’autre part; ne Setant découvert / aucun empêchement Nous missionnaire Soussigné / avons reçu le Mutuel consentement des parties et leur / avons donné la bénédiction nuptiale en présence / de Toussaint Lamy de Jean Baptiste Anglearte et / de plusieurs dont les uns ont signé, les parties ont déclaré / ne Savoir le faire / Toussaint / Lamy / Abraham Frachy / Edouard Jean / Ed Labelle Ptr

Les pères des mariés étaient témoins au mariage, mais seul Toussaint Lamy avait signé, suivi des signatures d’Abraham Frachy et d’Edouard Jean. Qui étaient ces deux hommes ? Une recherche rapide sur le web permet de constater l’existence des patronymes Franchy et Farchy, mais pas celui de Frachy. La même année que leur mariage, les époux perdaient leurs pères. Toussaint Lamy décédait le 2 juillet, âgé d’environ soixante-six ans; une mention dans la marge de l’acte le disait « natif de France ». De son côté, Jean-Baptiste Anglehart, originaire d’Allemagne, était inhumé quatre mois plus tard, le 8 novembre, à soixante-dix ans.

Jacques Lamy et Lucie Anglehart avait enfanté trois garçons: Toussaint, Jacques-Eugène et François. Lucie apparaissait avec son véritable prénom de baptême. Portons attention aux parrains et aux marraines des enfants:

Acte de baptême de Toussaint, né et baptisé le 28 octobre 1827

Le vingt huit octobre mil huit cent vingt sept, nous curé missionnaire / soussigné avons baptisé Toussaint né aujourd’hui du légitime mariage de Jacques Lami et de Lucie Langlahart de Paspébiac, parrain John / Madagan, marraine Marie Duchêne soussignée le père et le parra / in ont déclaré ne savoir signer / marie duchene / J. A. Boisverd ptre Mis

Acte de baptême de Jacques-Eugène, né le 5 août et baptisé le 13 octobre 1829

Le treize octobre mil huit cent vingt neuf, nous prêtre missionnaire / soussigné avons suppléé les cérémonies du Baptême à Jacques / Eugène ondoyé à la maison né le cinq Août dernier du légitime / mariage de Jacques Lami Nécociant à Paspébiac et de Lucie / Anglahat. Le parrain a été Joseph François Deblois Avocat, La / marraine Dame Marie généviève Létourneau qui ont signé / avec nous, Le père Seul a déclaré ne le Savoir faire / Marie jeneviève Létourneau veuve DeBlois / Js Fr DeBlois / J A. Boisverd ptre Mis

Acte de baptême de François, né le 8 avril et baptisé le 19 juin 1831

Le dix neuf Juin mil huit cent trente un, nous prêtre mission / naire soussigné avons baptisé François né le huit Avril dernier / fils de Jacques Lami cultivateur de Paspébiac et de Lucie Anglaha / Parrain Victor Tenière, marraine Marie Enrickt qui ont décla / ré ne Savoir Signer le père absent / J A. Boisverd ptre Mis

Le 28 août 1831, Jacques et Lucie devenaient les parrain et marraine de Julie Madegan, la « fille de John Madegan cultivateur du Port Daniel et de Bedy Glesson » (Bridget Gleason). Ce John Madegan, irlandais de Limerick, devait être celui qui accompagnait Marie Duchesne au baptême de Toussaint, leur premier enfant. Pour leur fils Jacques-Eugène, ils avaient choisi l’avocat Joseph-François DeBlois et possiblement la mère de ce dernier qui avait ajouté à la fin de sa signature la mention « veuve DeBlois ». Pour ce qui était du petit dernier, François Lamy, son parrain Victor Tennier, français de Subligny, allait bientôt devenir le mari d’Angélique Roussy, la fille de Pierre-Léon et de Geneviève Parisé; et sa marraine Marie « Enrickt », sans trop de doute la fille de Jeremiah Enright et de Mary Hurley, des Irlandais, la future épouse de Jean Aspirot, le fils du pionnier basque Jean et de sa seconde épouse Catherine Darrosbile. Aucun Anglehart ! Aucun Chapados ! Personne ne venant de la famille de Lucie comme parrain et marraine de ses enfants. Étrange, quand même !

Par malheur, Lucie Anglehart quittait la vie en très jeune mère de famille, le 19 janvier 1832, à vingt-huit ans. De plus, dans son acte de sépulture, on avait modifié son prénom pour « Cécile », lequel rime bien avec « Lucille ». Jean Lami et Bénoni Chapados étaient présents à son inhumation. Bénoni devait être son cousin ou petit-cousin du côté maternel, le fils de Jean-Nicolas (son oncle) ou le fils de Bénoni (son cousin). Mais qui était Jean Lami ? Le frère de Jacques ? Bien plausible ! Ses trois enfants n’avaient que quatre ans, deux ans et neuf mois. Un mois et demi plus tard, le 6 mars 1832, Jacques perdait aussi sa mère, Marie Duchesne, âgée de soixante-cinq ans. François Lajoie et George Provost (ou Prévost) avaient signé leurs présences à ses « funérailles ». Respectivement, ils étaient mariés à Euphrosine Duguay et à Modeste Anglehart, cette dernière étant la défunte soeur de Lucie. Jacques Lamy décéda le 6 octobre 1860. Comme sa mère, il avait environ soixante-cinq ans. Dans son acte de sépulture, on le citait ainsi: « Jacques Le Perchois dit Lamy ancien commercant ». Il s’était remarié avec une certaine Marguerite Brotherton.

© Lucie Delarosbil, 2015

Sources: Les registres de Paspébiac 1773-1910 par Bona Arsenault. FamilySearch, Québec, registres paroissiaux catholiques, 1621-1979, Bonaventure, Saint-Bonaventure, BMS, 1826-1834, 1822-1855, Images 258-262-270-288-299-301-304-305 de 600; Paspébiac, Notre-Dame-de-Paspébiac, BMS 1839-1866, Image 365 de 476. Sur ce blogue: « La première Lucie du village » et « Juge justiciable et la justice ».

Commenter cet article