Bons baisers de Baie des Chaleurs

Publié le par Lucie Delarosbil

En 1688, un Guillaume Capella venait à Québec en partance de Bordeaux. Puis, en 1699, de Saint-Nicolas de la Grave, en Gascogne, un Bernard Capela, vingt-deux ans (donc né vers 1677), s’engageait pour servir trois ans au Canada. Au début du 18e siècle, dans les archives de cette paroisse gasconne, plusieurs petits Capela se faisaient baptiser, entre autres un Guillaume et une Catherine en 1703, parmi les Etienne, Antoine, Andree, Barthelemy, Raymond, Marie, Anne et j’en passe.

En Nouvelle-France, en cette même année de 1703, Louis Chambalon, notaire royal de la colonie à Québec, rédigeait une obligation de Guillaume Capelan, de la Baie des Chaleurs; puis en 1705, une autre obligation du même Capela, de la Baie des Chaleurs, document sur lequel Chambalon précisait son lieu d’origine, Saint-Nicolas de la Grave, en Gascogne. On dit que Guillaume était un pêcheur de morue et qu’il devait être instruit car il signait d’une belle écriture.

Sept ans plus tard, en 1712 et 1713, pendant cinq mois et demi, Guillaume Capela comparaissait à quelques reprises pour maître Chambalon dans des affaires de succession. De plus il lui rendait des services comme de préparer un acte de production pour une cause et de témoigner à son procès contre le beau-frère de sa servante. En 1712, Guillaume Capela était un marchand de vingt-cinq ans qui logeait chez la veuve Lefèbvre à Québec, rue Notre-Dame. Il serait donc né vers 1687, année précédant celle du départ du Guillaume Capella de Bordeaux.

Quand on vient de la Gascogne en France, on est appelé Gascon. Quand on vient de Gascons en Gaspésie, on est appelé Gasconnais. La paroisse Sainte-Germaine-de-l'Anse-aux-Gascons serait comme un hommage à la sainte gasconne canonisée et au peuple des Gascons. Une légende raconte que le toponyme fut donné en mémoire d’un naufragé gascon sauvé en ce lieu qui vécut en ermite. Le village de Gascons est maintenant fusionné à celui de Port-Daniel, là où la Baie des Chaleurs fait son entrée par le golfe, pour un parcours de cent kilomètres d’est en ouest.

En tout cas, notre ancêtre Guillaume Capela était un Gascon et il résidait à la Baie des Chaleurs, peut-être même à Gascons, à trente-six kilomètres de Paspébiac en voiture (vingt-huit à vol d’oiseau). D’ailleurs, en 1534 (voir l'article « Pour se souvenir du 6 juillet 1534 »), c’était bien ici et là, à Paspébiac et Port-Daniel, que Cartier avait rencontré pour la première fois nos ancêtres micmacs et aussi donné un nom français à cette belle baie appelée par eux Mawipoqtapeg. Ce pouvait être ici ou là que, cent soixante-dix ans plus tard, Guillaume se serait uni avec l’une d’elles pour concevoir leurs enfants et trois de nos pionnières connues: Marguerite, Catherine et Madeleine.

Quel dommage de ne pas savoir le nom de leur mère ! Cette femme occupe la place de trente-quatre autres de mes sosa, à côté de Guillaume Capela. Par sa fille Marguerite, elle se situe au bout des lignées matrilinéaires de mes grands-mères. C'est quelque chose quand même !

© Lucie Delarosbil, 2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article