Le cas de Jean-Michel Chapados

Publié le par Lucie Delarosbil

24 avril 1774 - Paspébiac

Baptême de Jean-Michel Chapado, fils de Jean-Nicolas et petit-fils de Joannis.

L’an mil sept cent soisente et quatorze le / vingt quatre avril je sousigné ay supplée aux / ceremonies de bateme de Jean michel Chapado / né a paspébiac le vingt trois septembre de / l’année précédente du légitime mariage de / Jean nicolas Chapado et de marie Brasseur / ondoyé le même jour par pier Roussie / le parain a été Joannis Chapado la maraine / théotiste landry de bonnaventure qui a / déclarée aussi bien que le parain ne sca- / voir signer // Joseph M. Bourg Prêtre miss.

Selon nos connaissances établies de la famille [1] , Jean-Michel était le fils aîné de Marie-Josephe Brasseur, le prénom de « Josephe » de sa mère ayant été omis dans l’acte du baptême. Sa marraine, Théotiste Landry, était sans aucun doute l’épouse de Joseph Gauthier, de Bonaventure. Celui qui l’avait ondoyé, Pierre-Léon Roussi, à qui on avait aussi omis le prénom de « Léon » dans l’acte de baptême, était le mari de sa tante Anne Chapado, la soeur de son père. Son parrain, Joannis Chapado, était son grand-père et le pionnier basque de cette famille. Quelques année plus tard, un de ses frères fut prénommé Michel-Joseph, plus connu sous le prénom de « Michel ».

Encore selon nos connaissances établies, Jean-Michel s’était marié une première fois avec Victoire Grenier, le 15 janvier 1811, à l’âge de trente-sept ans, sous le seul prénom de « Jean ». Fille de Joseph Grenier et de Madeleine Langlois, Victoire était née le 30 mars 1795. Elle avait encocre quinze ans. Vingt-deux ans séparaient donc le nouveau couple. Avec Monique Laroque, sa deuxième épouse, Jean-Michel avait trente-quatre ans de différence. Quand il décéda le 12 mai 1870, on lui donnait quatre-vingt-sept ans, alors qu’il aurait dû avoir quatre-vingt-seize ans et huit mois, puisqu’il était né le 23 septembre 1773. On sait qu’une marge de dix ans arrive souvent dans l’âge attribué à une personne dans son acte de sépulture.

Cependant, lors du recensement de janvier 1861, « Jean » Chapados était toujours vivant. Inscrit en tant que « veuf », il résidait avec son fils Théophile, sa belle-fille Modeste Roussy et leurs huit enfants. On avait apposé un titre à son nom: « aïeul ». Sa troisième et dernière épouse, Hélène Darosbil, était décédée depuis quatre mois, le 4 septembre 1860. Puis, il était âgé de soixante-quinze ans. À cet âge-là en 1861, il aurait dû naître en 1786, en plein dans une période d'actes disparus.

De tous ces faits avérés émergent deux nouvelles hypothèses des plus vraisemblables:

  1. Jean-Michel, né en 1773, était décédé en bas-âge, avant la naissance de Michel-Joseph (Michel), le 30 octobre 1781;
  2. Un autre fils de Jean-Nicolas et de Marie-Josephe Brasseur, prénommé tout simplement « Jean », était né après Michel, vers 1786.

Ainsi, cet autre fils se serait marié à vingt-quatre ans avec une fille de quinze ans. De ses deux premiers mariages, il aurait eu ses enfants entre vingt-cinq et quarante et un ans, et non entre trente-huit et cinquante-quatre ans.

© Lucie Delarosbil, 2015

Commenter cet article