Juges et Moulin

Publié le par Lucie Delarosbil

Dernièrement, j’ai eu une affaire à plaider au tribunal civil. Pas de juges de disponibles à l’heure de prévue. Mais... Quelle chance de me retrouver devant l’honorable Charles G. Grenier, juge coordonnateur de Québec-Chaudières-Appalaches ! La surprise: il connait, fréquente et aime Paspébiac et ses Paspéyas. La prime: c’est un homme bon ! Pour moi, une étrange coïncidence, une inspiration. L’idée m’est alors venue ce matin de parler de la première famille des Moulin à Paspébiac, de l’ancêtre de notre honorable Benoit Moulin, juge de la Cour supérieur du Québec, à Québec, nommé depuis le 19 mars 2002.

Jean Moulin et Adeline Lebrasseur s’étaient mariés le 22 octobre 1856 à Paspébiac. Ils avaient eu dix enfants. Dans son acte de mariage, Jean Moulin était inscrit « voyageur », pas les noms de ses parents, mais une consanguinité avec son épouse au trois de quatre. Au baptême de son premier enfant, il était encore « voyageur », mais au décès du petit Jean, il était « pêcheur ». Qui donc étaient les parents de Jean Moulin ?

Le vingt deux octobre mil huit cent cinquante six / vu la dispense d’une parentée du troisième au / quatrième degré de consanguinité qui nous avons / été accordée en vertu d’un indult[e] du huit de juillet / mil huit cent cinquante deux, vu aussi la publi / cation de trois bans de mariage faite aux prônes de / notre messe paroissiale en tre Jean Moulin, voyageur, garçon majeur domicilié à Paspébiac / d’une part, et Adeline Lebrasseur fille majeure de / Séraphin Lebrasseur, pêcheur, et de Geneviève Lan / glois de Paspébiac d’autre part, ne s’étant décou / vert aucun empêchement au dit mariage, nous / prêtre soussigné, avons reçu leur mutuel con / sentement de mariage et leur avons donné la / bénédiction nuptiale en présence de Séraphin / Lebrasseur père de l’Epouse et de Louis Brunet, ami, qui avec les époux n’ont pu signer. // Epi: Lapointe ptre

Les dix enfants du couple Moulin-Lebrasseur

  1. Jean, né le 22 juillet 1857, père « voyageur », et décédé à « cinq mois et quinze jours » le 13 janvier 1858, père « pêcheur »;
  2. Marie-Adéline, née le 24 septembre 1859, père « pêcheur », épousa Guillaume Loisel, le 23 septembre 1896;
  3. Marie-Césarée, née le 30 septembre 1861, épousa Joseph Fulham, le 26 novembre 1879;
  4. Joseph, né le 21 mai 1865, père « navigateur »;
  5. François, né le 1 novembre 1866, père « navigateur », épousa Joséphine Vallée, le 8 janvier 1889;
  6. Élisée, né le 19 novembre 1868 et décédé à « six mois » le 6 mai 1869, père « navigateur »;
  7. Geneviève, née le 24 juin 1870, père « cultivateur », épousa Philippe Huard, le 10 janvier 1893;
  8. Marie-Élisa, née le 17 avril 1872, père « navigateur », épousa Jules Aspirot, le 9 janvier 1894;
  9. Marie-Virginie, née le 8 septembre 1874, père « navigateur », épousa Antoine Babin, le 3 octobre 1899;
  10. Émilie, née le 3 août 1878, père « capitaine », épousa Louis-Hubert Castilloux, le 10 janvier 1900.

Une ascendance

Benoit Moulin est le fils de Roméo et d’Yvette Huard, la fille de Théodore et de Marie Huard; son père était le fils de Jean-Baptiste et de Rachel Chapados, la fille de Théophile et de Marguerite Lebrasseur; son grand-père paternel était le fils de François et de Joséphine Vallée, la fille de Joseph et de Virginie Pinel, de Saint-Thomas-de-Montmagny.

Avant de terminer, j'aimerais ajouter que Rachel Chapados était la soeur de Léonard, mon grand-père maternel, la marraine de ma mère, ainsi que celle qui m'a portée à mon baptême, ma porteuse.

© Lucie Delarosbil, 2015

Modifications: 21 septembre 2015

Publié dans Actes de mariages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Michel Girardot 19/09/2015 21:16

Encore une belle démonstration de votre savoir-faire généalogique !

Lucie Delarosbil 20/09/2015 16:41

Merci Jean-Michel ! :-)