Mise au point Pierre-Léon

Publié le par Lucie Delarosbil

Dans le répertoire de Bona Arsenault, Les registres de Paspébiac 1773-1910, dans la section des « actes de Paspébiac inscrits aux registres de Bonaventure », on peut lire ceci à la page 266: « ROUSSY, Pierre-Léon, capitaine de vaisseau, m. Geneviève Parisé, s. 24 juillet 1811 âgé 85 ans ».

Erreur flagrante ! Nous devons bien tous savoir que le pionnier Pierre-Léon Roussi avait été marié avec Anne Chapado (1), la fille du pionnier basque Joannis. Bien que leur acte de mariage n’existe pas, dans des actes de baptême de leurs enfants, on parlait de « légitime mariage » entre eux. Pour ce qui était de Geneviève Parisé, elle était plutôt sa belle-fille, l’épouse de son fils qui portait le même prénom que lui.

Dans les registres en question, on trouve la sépulture ainsi transcrite, sans nom d’épouse:

Le vingt-quatre juillet mil-huit-cent-onze / par nous prêtre soussigné ont été faites / les prières et cérémonies de la sépulture / dans le cimetière de Paspébiac sur le / corps de feu Pierre - Léon Roussy ancien / capitaine de vaisseau et depuis cultivateur / de cette paroisse, y décédé le huit du / présent mois, âgé de quatre-vingt-cinq / ans et trois mois. Présens pierre Loisel / & andré Loisel qui n’ont pu signer // JDesjardins p

L’omission du nom de sa défunte épouse Anne Chapado (2) demeure quand même un fait étrange. Les hommes présents à sa sépulture, Pierre et André Loisel étaient évidemment les deux fils de sa fille aînée Anne-Elisabeth (3) et de Robert Loisel, André étant l’aîné des dix enfants de ce couple et Pierre, le quatrième, ayant été baptisé sous le même prénom que son grand-père Pierre-Léon.

Par ailleurs, on peut tenter de comprendre pourquoi au moins l’un de ses fils n’était pas présent à sa sépulture. Car il en avait eu trois qui devenus adultes s’étaient mariés: Léon avec Geneviève Parisé en 1788, Louis avec Angélique Parisé en 1792 et André avec Marguerite Brasseur en 1797.

Tout d’abord, avant de mourir, il avait déjà perdu André et Louis qui s’étaient noyés en 1808 en revenant de Shippagan, tout deux entre trente-sept et quarante ans. Mais ensuite où se trouvait son aîné homonyme ? Père de onze enfants, bien sûr, à quarante-quatre ans, il devait bien vivre dans les alentours en 1811. Par contre, en 1854, il décédait à Grande-Rivière:

Le vingt six avril mil huit cent / cinquante quatre nous Prêtre soussigné avons / inhumé dans le cimetière de cette paroisse / Pierre Leon Roussy, veuf de defunte Geneviève / Parisée décédé l’avant veille à l’âge de quatre vingt / quinze ans Presents Baptiste Couture & Pierre Baudin qui n’ont su signer // Ls Desjardins Ptre

On lui donnait quatre-vingt-quinze ans, ce qui s’avérait impossible. Il avait plutôt de huit à dix ans de moins.

Enfin, un autre fait étrange: deux prêtres Desjardins inhumaient le père et le fils des premiers Roussy. Était-ce le même homme ? Non puisque le premier était décédé en 1848 à Québec. (4) Le second était-il le frère du premier ? Non, puisque ce dernier était mort avant l’autre en 1833 à Paris. (5)

Bref, c’était un autre Desjardins, né à Kamouraska, et non en France. Il fut ordonné prêtre le 5 novembre 1849 à Québec. (6)

© Lucie Delarosbil, 2015

Sources des actes:

FamilySearch, Québec, registres paroissiaux catholiques, 1621-1979, Bonaventure, Saint-Bonaventure, BMS 1804, 1795-1815, 1810-1816, Image130 de 276. FamilySearch, Québec, registres paroissiaux catholiques, 1621-1979, Grande-Rivière, L'Assomption-de-Notre-Dame-de-la-Grande-Rivière, BMS 1851-1876, Image 59-60 de 499.

Autres:

  1. Anne Chapado et Pierre Léon Roussi
  2. Liens tissés serrés avec Caraquet
  3. Roussi pionnière des Loiselle
  4. DESJARDINS, dit Desplantes, LOUIS-JOSEPH
  5. DESJARDINS, PHILIPPE-JEAN-LOUIS
  6. Louis Desjardins

Commenter cet article

Jean-Michel Girardot 21/10/2015 08:39

Pour une fois je me permets une petite critique : "Père de onze enfants, bien sûr, à quarante-quatre ans, il devait bien vivre dans les alentours en 1811." Je ne vois pas trop le lien entre sa nombreuse paternité et le fait qu'il vive dans le même secteur, à moins qu'il se soit marié sur place.

Lucie Delarosbil 22/10/2015 21:11

Vous avez raison, Jean-Michel, la structure de cette phrase peut porter à confusion. Né à Paspébiac, Pierre-Léon fils s'est marié à Caraquet avec Geneviève Parisé en 1788, et ils ont eu leurs 13 enfants à Paspébiac, entre 1790 et 1814.