De la généalogie en 1860

Publié le par Lucie Delarosbil

Dans les registres de baptêmes, mariages et sépultures, on s’attend habituellement à trouver des noms, des dates et des lieux; parfois des premières communions, des confirmations. Quelquefois un acte de sépulture nous apprend la cause du décès, l’ordre d’un coroner d’enterrer; un acte de mariage, un lien de consanguinité entre les époux, la présence ou l’accord d’un évèque; un acte de baptême, un enfant de parents inconnus, l’absence d’un parrain ou d’une marraine.

Dans les registres de Port-Daniel, on découvre ce qui s’avère toute une rareté.

  • Registre pour le Port Daniel et NewPort
  • à commencer au premier janvier 1860
  • Notices généalogiques de quelques familles anciennes de Port Daniel
  • 1. François Michel & Anne Cronier ancêtres de
  • Jean Michel, alias Canadien, époux en 1ères noces d’Angélique Grenier & en 2des de Marie Brasseur
  • Etienne Michel ___________ époux de Modeste à JB Langlois
  • François Michel mort garçon
  • Brigitte Michel mariée à Charles Langlois
  • Marguerite Michel épouse de J. B. Grenier
  • Julienne Michel épouse de Pierre Pommier
  • 2. Pierre Langlois & anne Huarte, natif de St Mâlo en France, & sa femme native de Paspebiac, père & mère de
  • Pierrot Langlois, époux de Pélagie Brasseur
  • J.B. Langlois, époux de Christine à Pierre Duguay & M Brasseur
  • François Langlois, époux de Victoire Duguay mariée à Pre Darèche
  • Pierre Langlois, époux de Natalie Duguay
  • Charles Langlois, époux de Brigitte Michel
  • Jacques & Louis Langlois, morts garçons
  • Magdeleine Langlois, femme de Jacques Grenier de Québec
  • Geneviève Langlois, fme de Joseph Grenier de Québec
  • Catherine Langlois, fme de Charles Grenier de Port Daniel

Aucun auteur n’avait signé. Le prêtre de l’époque était Thomas-Eugène Beaulieu. Ce sont de précieuses informations, malgré ce qui semble être quelques confusions chez les trois soeurs Langlois. On constate dans les faits que Geneviève, l’aînée du couple pionnier, née le 1er juin 1753, était devenue l’épouse de Charles Cyr entre 1770 et 1776 et qu’ils avaient eu au moins huit enfants; puis Catherine, celle de Jacques Grenier le 9 novembre 1777 (onze enfants); et enfin, Madeleine, celle de Joseph Grenier le 31 janvier 1780 (onze enfants).

En ce qui me concerne, Victoire Duguay était l’ancêtre de la septième génération de ma lignée matrilinéaire, avec Pierre Daraiche; ainsi que son ex-belle-soeur et cousine, Nathalie Duguay. Elles étaient devenues toutes deux plus tard les grand-mères de Suzanne Langlois, la grand-mère maternelle de ma grand-mère maternelle.

Ce que je trouve fort intéressant est la note sur Anne Huart qui précise qu’elle était « native de Paspébiac ». Serait-ce qu’avant de demeurer à Pabos ou Port-Daniel, Pierre Huart et Catherine Caplan avaient résidé chez nous ?

© Lucie Delarosbil, 2016

Source: FamilySearch, Québec, registres paroissiaux catholiques, 1621-1979, Port-Daniel, Notre-Dame-du-Mont-Carmel, BMS 1855-1876, Image 98 de 328.

Commenter cet article

Jean-Michel Girardot 29/01/2016 17:30

D'après ce que vous suggérez, les actes de décès établis en France au XVIIIe siècle semblent souvent plus bavards, ce qui est très précieux !