Migration à Anse aux Basques

Publié le par Lucie Delarosbil

Nom : Pierre Delarosbille. Né le 9 décembre 1800, à Paspébiac, il était le premier de dix enfants.

Ses parents : Pierre Darosbil et Marie-Rose Dugué, mariés le 24 février 1800, à Paspébiac. Né en 1779, deuxième de neuf enfants, Pierre était le fils aîné de Bertrand Darrosbile et de Marie Dunis. Née en 1777, première de six enfants d'un premier mariage, Marie-Rose était la fille de Pierre et de Marie-Josèphe Brasseur. Sa mère décède et son père se remarie avec Catherine Lantin (Lanteigne). Elle verra naître huit autres sœurs et un frère. Elle deviendra veuve en 1834.

Ses frères et sœurs : Frédéric (1802-1874), Michel (1803-1846), Marie (1806), Hippolyte (1808-1824), Gérard (1809-1879), Prudente (1812-1898), Elisabeth (1814-1881), Grégoire (1816-1883) et Jules (1821-1871).

Son mariage : le 11 janvier 1830 avec Cécile Grenier, à Paspébiac. Née en 1802, neuviève de onze enfants, Cécile était la fille de Joseph Grenier et de Madeleine Langlois. Elle était aussi la veuve de Jules Huard depuis quelques mois et la mère de deux filles, Marie-Rose (6 ans) et Esther (2 ans). Trois ans plus tôt, elle avait perdu Syvestre, son fils de deux ans.

Ses enfants : Marie-Léa (1830), Pierre (1833), Bernard (1835), Ambroise (1839), Marie-Anne (1841) et Ambroise (1845).

Sa sépulture : le 9 juin 1856, 55 ans, à Grande-Rivière.

Particularités : Dans son acte de décès, on orthographie son nom ainsi : Delarousby. De même pour les noms de ses enfants à leurs baptêmes en différents lieux à l'est de Paspébiac entre Anse aux Basques et Percé, reçoivent des changements de la graphie du patronyme : Rosbie, La Rosbie, Delarosebille, Larosby et Darosbile. En 1848 et 1865, Marie-Léa et Bernard épousent deux des enfants de Roch Daraiche (le 3e) et de Félicité Aspirot (orpheline de Catherine Dugué) : Jean (l'aîné des garçons) et Jeanne (l'une des cadettes). Pierre est le premier des garçons de la troisième génération patronymique à Paspébiac, comme son père de la deuxième génération. Quand il naît, son oncle Adrien Darosbil n'a que huit ans.

Aucune autre naissance un 9 décembre dans la région, de 1773 à 1833.

© Lucie Delarosbil, 2016

Commenter cet article