Pouvait-on être enceinte à 50 ans ?

Publié le par Lucie Delarosbil

Nom : Marguerite Castillou. Née le 21 décembre 1780, à Paspébiac, elle était la première de dix enfants.

Ses parents : Jean Castillou et Marie-Jeanne Chapadeau, mariés le 29 mars 1780, à Paspébiac. Lui était basque d'origine, de Bidart, et le pionnier à Paspébiac; elle, la fille de Joannis, basque et d'origine et pionnier à Paspébiac de l'une des plus anciennes familles de la Baie des Chaleurs.

Ses frères et sœurs : André (1782-1853), Benjamin (1786-1828), Jean-Bernard (1790-1833), Isaac (1792), Hubert (1794-1880), Etienne (1797-1865), Angélique (1800), Florent (1802-1835) et Adélaïde (1804-1886).

Son 1er mariage : avec François-Xavier Brasseur, le 17 janvier 1809, à Paspébiac. Né vers 1780, François-Xavier était le fils de François-Xavier et Louise Gauthier. Il décédait en 1810 à l'âge de trente ans.

Ses enfants Brasseur : Dominique (1808-1839) et François (1810).

Son 2e mariage : avec Jean-Jacques Beaudry, le 15 février 1813, à Paspébiac.

Ses enfants Beaudry : Vénérande (1813-1904), Isaac (1815-1896), Adélaïde (1818-1907), Marie (1821-1822), Barbe (1823-1896), Hilaire (1825-1826) et Rubin (1830).

Sa sépulture : le 25 novembre 1857, 76 ans, à Port-Daniel.

Particularités : Marguerite est la première ''Castillon'', patronyme basque devenu Castillou, en Amérique septentrionale, du moins à la Baie des Chaleurs. Elle se marie à 29 ans et devient veuve à 30 ans, avec deux bébés. Puis, elle se marie en secondes noces à 33 ans et devient mère de sept autres enfants, entre 1813 et 1830. Elle aurait eu le dernier dans l'année de ses cinquante ans. Est-ce vraisemblable ? D'autant que cinq ans séparent les deux derniers.

Autres naissances un 21 décembre :

  • Charles Grenier en 1798, fils de Jacques et de Catherine Langlois, à Port-Daniel;
  • Marthe Castillou en 1812, fille de Benjamin et de Marthe Albert, à Paspébiac;
  • Marguerite Denis en 1821, fille de Louis et d'Adélaïde Huart, à Paspébiac;
  • Thomas Parisé en 1823, fils de Michel et de Louise Grenier, à Paspébiac.

© Lucie Delarosbil, 2016-2017

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article