Réhabiliter un mariage

Publié le par Lucie Delarosbil

Le deuxième enfant de Jean Castillou et de son épouse Jeanne Chapado était un garçon au prénom de Benjamin. Il était né à Paspébiac vers 1783. Cette année-là est basée principalement sur le fait qu'on ne retrouve pas son acte de baptême, car des actes dans les années 1783 à 1786 étaient disparus.

En 1828, comme on le disait décédé à 50 ans, on peut facilement reporter son année de naissance à 1778, deux ans avant le mariage de ses parents. Cependant, on ne peut se fier exclusivement à cette année-là puisqu'on sait que des écarts de plus ou moins dix ans existent, avec preuves à l'appui, au sujet des âges spécifiés dans les actes de sépulture. On peut donc se permettre de déduire qu'il fut l'enfant né après l'aînée de la fratrie Marguerite.

Le 5 février 1811, à Paspébiac, Benjamin Castillou épousa Marthe Albert, la fille mineure de ''Baptiste Gabriel'' de Caraquet et de Térèse Lantin, née le 22 février 1792. Étaient présents à leur mariage Jean Castillon (père), Pierre Duguet et Joseph Huart. En fait, c'était un mariage réhabilité. Le couple avait contracté un mariage civil sept mois plus tôt.

En effet, le 12 juillet 1810, Benjamin et Marthe s'étaient ''joints en mariage clandestin'' devant le juge de paix de New Carlisle Thomas Scharrer ''contre la Loi de Dieu et des gouvernements du Canada''. Avec une consanguinité de deuxième au troisième degré, le couple avait sûrement vécu un empêchement canonique de s'unir en mariage catholique : la mère de Benjamin, Jeanne Chapado (2e degré), était la soeur de la grand-mère maternelle de Marthe, Marguerite Chapado (3e degré). Finalement, après une séparation de quelques jours, pour les arrêter de fréquenter l'église et de continuer leur concubinage public, ils reçurent la permission de l'Evêque de Québec, Monseigneur J.O. Plessis.

En 1825, lors d'un recensement, Benjamin se trouvait à Port-Daniel avec son épouse et leurs cinq enfants restants, voisins de son frère Bernard et de sa soeur Angélique, son frère Etienne vivant à quelques maisons de lui. De 1811 à 1827, Benjamin Castillou et Marthe Albert eurent neuf enfants, tous nés à Paspébiac sauf le dernier à Port-Daniel. Ils en perdirent quatre en très bas-âge. 

Benjamin décéda le 22 septembre 1828 et ses funérailles eurent lieu le 8 octobre à Port-Daniel. Jean-Baptiste Langlois et Jean Hogan étaient présents. Selon son acte de sépulture, il avait environ 50 ans. Moins de deux ans plus tard, le 22 février 1830, le jour de son anniversaire de naissance, Marthe Albert se remaria avec Joseph Babin, veuf aussi depuis 1828, de Rose Gautier avec qui il avait eu sept enfants entre 1815 et 1827. Le 24 février 1831, Marthe et Joseph eurent une fille qui fut prénommée Elisabeth et qui décéda à l'âge de neuf mois le 24 novembre. 

À 43 ans Marthe décéda le 16 janvier 1836 et fut inhumée le 18 dans le cimetière de Paspébiac, en présence de Charles Babin, Joseph Babin père et Romain Huard. Veuf pour une deuxième fois, Joseph Babin fils se remaria avec Catherine Darosbile en 1842, la veuve de Jean Aspirot décédé en 1835. Joseph Babin décéda à son tour en 1865, six ans après sa troisième épouse.

Les enfants du couple Albert-Castillou

1. Edouard, né le 15 septembre 1811 et baptisé le 20 octobre à Paspébiac. Parrain et marraine : Edouard et Osithe Duguay. Le père était pêcheur. Le 26 avril 1833, à Port-Daniel, il épousa Vénérande Langlois, la fille de Charles et de Brigitte Michel, née le 30 mai 1814 à Port-Daniel. Les quinze enfants du couple Langlois-Castillou, tous nés à Port-Daniel entre 1835 et 1857 : Marthe (1835-1881), Marie (1836-1880), Rosalie (v1837), Rufine (1838), Edouard (1840-1899), Rose (1841-1908), Geneviève (1843-1925), François (v1845-1853), Honoré (1847-1922), Suzanne (1849-1931), Joseph (v1851-1935), Elisabeth (1852-1853), Benjamin (1853-1853), Elisabeth (1854-1895) et Ambroise (v1857-av1871). Edouard Castillou décéda à 85 ans en 1896 et son épouse, à 86 ans en 1900. Dans leurs actes de sépulture respectifs, selon Les Registres de Port-Daniel 1855-1910, on leur donnait 93 ans et 95 ans et 6 mois.

2. Marthe, née le 20 décembre 1812 et baptisée le 21 ''sous condition'' à Paspébiac. Parrain et marraine : Hubert Castilloü (frère du père) et Geneviève Dunn (épouse de l'oncle André). Le 13 octobre 1829, à Port-Daniel, elle épousa François Lamarre, le fils de Louis et de Geneviève Grenier, né vers 1800 à Grande-Rivière. Etaient témoins au mariage Edouard Castillou et Bernard Castillou. Le couple Castillou-Lamarre eut une fille, née le 20 août 1830 et baptisée le 1er octobre à Paspébiac. Elle fut prénommée Julienne. Parrain et marraine : Joseph Babin (second époux de la grand-mère) et Angélique Castillou (soeur du grand-père). Le père, ''pêcheur à Paspébiac'', était absent. Marthe décéda le 12 septembre 1831. Ses funérailles eurent lieu le 7 novembre à Port-Daniel en présence de Jean Chapados et André Roussy. Marthe était déjà veuve et seulement âgée de 18 ans. De son côté, François Lamarre devait être décédé entre le 1er octobre 1830 et le 7 novembre 1831. On ne sait où car on ne retrouve pas son acte de sépulture dans les différents registres de Bonaventure, de Paspébiac et de Percé à cette période. On ne sait ce que devint leur fille Julienne.

3. Angélique, née et baptisée le 8 avril 1815 à Paspébiac. Parrain et marraine : Joseph Huard et Angélique Castilloü (soeur du père). Le 17 janvier 1832, à Port-Daniel, elle épousa Hyacinthe Langlois, le fils de Jean-Baptiste et de Christine Duguay, né le 12 novembre 1808 à Port-Daniel. Les onze enfants du couple Castillou-Langlois, tous nés à Port-Daniel entre 1833 et 1859 : Hyacinthe (1833-1866), Benjamin (1835), Julienne (1836), Luce (v1838-1933), Christine (1841-1874), Bemjamin (1844-1854), Jean-Baptiste (1846), Agnès (1848), Marthe (1851-1873), Onésime (1854) et Alfred (1859). Hyacinthe Langlois décéda à 71 ans; sa sépulture le 28 janvier 1880 à Port-Daniel. Onze ans plus tard, Angélique Castillou décéda à 75 ans; sa sépulture le 23 janvier 1891, aussi à Port-Daniel.

4. Geneviève, née le 16 juin 1817 et baptisée le 19 à Paspébiac. Parrain et marraine : Félix Down (Dunn) et Théotiste Brasseur, le père ''pêcheur'' étant absent. Elle décéda le 25 octobre 1817. Les prières et cérémonies de sa sépulture ont été faites le 5 novembre, en présence de Jean Chapeaudeau père et de André Loiselle. Elle n'avait que 4 mois et 9 jours.

5. Anonyme, un garçon né et décédé le 17 octobre 1818 à Paspébiac. Les prières et cérémonies de sa sépulture ont été faites le 22 novembre, en présence de Jean Chapeaudeau fils et de François Huart fils.

6. Rufine, née le 5 février 1820 et baptisée le 12 mars à Paspébiac. Parrain et marraine : Michel Parisé et Monique Duguet, les deux parents étant présents, le père devenu ''agriculteur''. Elle décéda le 24 février 1822 à Paspébiac. Sa fosse fut bénie le 15 mars en présence de Philippe Darosbille et Alexandre Huard. Elle avait à 2 ans et 19 jours.

7. Rufine, née le 16 juillet 1822 et baptisée le 4 août à Paspébiac. Parrain et marraine : Simon Gervais et Monique Dugué. Le 6 septembre 1839, à Percé, elle épousa Joseph Desbois, le fils de Joseph et de Rose-Geneviève Roussy, né le 22 juillet 1815 à Hopetown. Trois enfants du couple Castillou-Desbois tous nés à Percé entre 1841 et 1848 : Joseph (1841), Benjamin (1845) et Grégoire (1848). 

8. Catherine, née le 26 mai 1825 et baptisée le 28 juin à Paspébiac. Parrain et marraine : Jean Albert et Anne Grenier. On ne sait ce qu'elle est devenue.

9. Benjamin, né le 3 décembre 1827, fut baptisé le 17 juin 1828 à Port-Daniel. Parrain et marraine : Florent Langlois et Monique David. Absent au baptême, le père était ''pêcheur au port Daniel''. Le 25 octobre 1854, à Paspébiac, Benjamin épousa Suzanne Lebrasseur, la fille de Nicolas et d'Elisabeth Loisel, née le 12 septembre 1834 à Paspébiac. Les onze enfants du couple Lebrasseur-Castillou tous nés à Port-Daniel entre 1855 et 1876 : Elisabeth (1855), Benjamin (1856), Marie-Jane (1858), Joseph (1861), François-Xavier (1862), Guillaume (1864), François (1867), Florent (1869), Jean-Chrysostôme (1872), Salomon (1874) et Anne (1876). Selon une membre du site Nos Origines, Benjamin serait décédé le 30 mai 1907 à 79 ans sous le prénom d'Abel; Suzanne, son épouse, le 15 décembre 1915; tous les deux à Newport.

© Lucie Delarosbil, 2020

Publié dans Castillou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Très bonnes recherches et article.
Je remarque que malgré leur niveaus de cosanguinité, beaucoup de leurs enfants ont quand-même survécue.
J'ai vu dans des généalogies de Huart, et Loiselle, des taux de survivance beaucoup moindres.
J'ai, pour Mathurin Loisel, supposément le père de Robert-Julien, que sur 6 enfants, seulement 1 a dépassé l'âge de 2 ans, pour quand-même atteindre l'âge adulte.
Pour Jean-Pierre d'Huart, seuls ceux du premier lit ont survécu.
Ceux du 2 ieme marisge, 6, n'ont pas dépassé l'âge de 2 ams.
Dans le cas de Jean-Pierre d'Huart, son père avait marié une de ses cousines! D'où peut-êre l'insuccès d'avoir des enfants forts!
Salutations, et félicitations pour votre bon travail!
RéalT
Répondre
L
Merci Beaucoup, Réal !
C
Merci Lucie de nous partager tes recherches exhaustives! J'apprécie toujours tes écrits et te lis assidûment et les faits lire à ma mère et mes tantes qui reconnaissent les gens dont tu parle et leurs histoires vécues. Tu nous est une référence précieuse! J'utiliserai cet article lorsque je reprendrais notre généalogie. Celle-ci sera pour le côté de mon mari défunt Ray Castilloux à Raymond à Ben à Ben. Merci encore et au plaisir de te relire!
Répondre
L
Merci beaucoup, Conny !