Boisson divine pour un curé de Pabos

Publié le par Lucie Delarosbil

En 1980, Michel Emard publiait Le Registre de la Sainte Famille de Pabos Gaspésie 1751-1757. Il s'agissait de son étude d'un registre ''oublié des généalogistes et des archivistes''. Ce document établissait ''l'identité et l'origine'' de certaines de nos premières grandes familles. Son ''Introduction historique : La seigneurie de Pabos'' s'avère un excellent résumé qui nous aide à comprendre ce que nos ancêtres ont vécu et ce à quoi ils ont survécu.

Le registre de Pabos comprend trente-deux actes, du 21 novembre 1851 au 23 janvier 1757, une période qui dura cinq ans et dix mois. Il y eut quatre fois plus d'actes rédigés par Simple Bocquet pendant vingt mois, période deux fois moins longue que celle d'Alexis DuBuron qui ne rédigea que six actes en quarante mois.

Simple Bocquet

En 1893, Cyprien Tanguay ne n'en dit pas beaucoup au sujet de Simple Bocquet : ''Récollet, arriva en juin 1743, se rendit, le 10 août 1754, au Détroit, pour remplacer le P. Bonaventure Carpentier. Il mourut le 24 mars 1787.'' En 1956, Marcel Trudel ne parle pas trop de lui non plus dans son article de ce qui restait de récollets au Canada à la fin de 1760 : ''Le P. Simple Bocquet, Français, âgé de 57 ans. II était à Détroit depuis 1754; il signe Simple Bocquet.'' Ni l'un ni l'autre ne parlent de sa présence qui dura presque deux ans à Pabos. Par contre, en 1996, Odoric Jouve ne l'oublie pas.

Le véritable prénom de Simple Bocquet était Pierre. Né à Paris en 1703, il fut ordonné prêtre à Trèves en 1728 et il partit de Nantes vingt ans plus tard, le 24 mars 1748, pour le Canada. Trois ans et demi plus tard :

Au mois d'octobre 1751, le père Bocquet est chargé par Mgr de Pontbriand de désservir les centres français de la Gaspésie. Du 21 novembre 1751 au 13 juillet 1753, il signe tous les actes du registre, à titre de ''missionnaire et curé de Ste-Famille de Pabok, de la Grande Rivière, de la coste de Gaspé et Malbay.

En effet, pour cette période qui représente vingt mois, Pierre ''Simple'' Bocquet avait rédigé vingt-six actes de baptêmes, de mariages et de sépultures. Entre autres, les 12 et 23 juin 1753, il avait effectué les cérémonies du baptême de Pierre-André Chapadeau et celles du mariage de François Huard et de Geneviève Dugué.

Alexis DuBuron

Il était né vers 1719. En 1893, Cyprien Tanguay ne dit rien au sujet d'Alexis DuBuron. Par contre, en 1996, Odoric Jouve raconte sa vie en détails. En 1750, il fut envoyé chez les Micmacs du sud de la baie des Chaleurs. À partir de 1753, il exerça cet ''exigeant'' ministère du côté nord de la baie, auprès des colons de la Gaspésie, nos ancêtres. Apparemment, à l'automne 1758, à cause de la guerre de Sept-Ans, qu'on appelle chez nous la Conquête, il fut rappelé à Québec. Il serait décédé le 16 novembre 1776, à 57 ans. Il semble qu'à l'occasion, il s'adonnait à la ''dive bouteille'', le vin, considéré comme une boisson divine.

À Pabos, Alexis DuBuron avait rédigé six actes entre le 11 septembre 1753 et le 23 janvier 1757, une période de quarante mois. 

© Lucie Delarosbil, 2020

SOURCES & RÉFÉRENCES : Pierre ''Simple'' Bocquet : Cyprien Tanguay (p. 119), Marcel Trudel (Erudit), Odoric Jouve (p. 37 à 39); Alexis DuBuron : Odoric Jouve (p. 421 à 423).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article