AROTSAINA: la descendance sans le nom d'origine

Publié le par Lucie Delarosbil

Le 22 octobre 1795, Marie DAROSBIL, la fille de  Bertrand et de Marie DUNIS, épousa à Paspébiac Pierre AROTSAINA, un Basque arrivé de « je ne sais où », mais provenant sûrement d'un des villages aux alentours de Bidart. Pierre était le fils majeur de Jean et de Dominique YOUSQUIARET. « De Bayonne », selon l'acte de mariage des époux, mais peut-être de Sare, selon les notes dans le fameux livre de Paronnaud. Le témoin au mariage fut Pierre Bertrand, le frère de Marie, sans doute.

Cet ancêtre de Paspébiac, aussi inscrit Pierre Martin sur certains registres des naissances de ses enfants, fut pêcheur et cultivateur. Lui et Marie eurent sept enfants.

1. Pierre (1796-1874) : Le 9 janvier 1826, il épousa Agathe ROUSSY, fille de Louis et de Angélique PARISÉ. Ils eurent quatre enfants et que des filles : Élise (1826-1881), Agathe (1828-1854), Suzanne (1830-1831), Suzanne (1832-1832). Là s'avère le pourquoi de la disparition du nom à Paspébiac, car en plus, de son côté, son seul frère ne semble pas avoir été marié.

2. Claire (1799-1874) : Le 1er août 1828, elle épousa un commerçant, John GREEN, fils de John et de Mary DANVIN de Dunn dans le comté de Kellef en Irlande. Ils auraient eu trois enfants : Jean (1830-1837), Marie-Rose (1833±1866), Marguerite (1835).

3. Monique (1802) : Aucun mariage en vue ! Plausible qu'elle soit décédée en bas âge.

4. Thergille (1805) : Elle décéda le 28 octobre 1853 sous le nom Targille Autcennet. Aucun époux en vue !

5. Marguerite (1808-1843) : Le 28 novembre 1826, elle épousa Joseph JOSEPH, le fils de Benjamin Joseph KILLER et de Théotiste HUARD. Ils eurent quatre enfants : Marguerite (1829-1855), les jumeaux Monique (1832-1903) & Maxime (1832-1893), David (±1834). Devenue veuve en 1835, elle se remaria le 17 octobre 1837 avec Élie HUARD, le fils de Isaac et de Louise GARNIER avec qui elle eut trois autres enfants : Isaac (1838), Isidore (1840), Agathe (1843).

6. Jean Thomas (1810-1832) : Il décéda le 24 juin à 21 ans. Aucune épouse en vue !

7. Monique (1813-1880) : Le 30 septembre 1833, elle épousa Thimothée PARISÉ, le fils de Michel et de Rosalie ROUSSY. Ils eurent dix enfants : Marie (1734-1737), Éléonore (1836-1909), Thimotée (1838), Achille (1840), Marie (1842), Rosalie (1845), Prudent (1848), François Xavier (1851) Jean Fidèle (1854), Joseph Alex (1857).

Lors de mes recherches à la mairie de Bidart, en 2008, j'ai constaté la présence d'une maison Harotsena dans les registres du 18e siècle. Aujourd'hui, trois cents ans plus tard, les noms AROCENA, AROTCARENA et AROTZARENA figurent à l'Annuaire Pyrénées Atlantiques 2007 de plusieurs communes. Cependant, de AUTSAINA à OTSÉNAT, en passant par AUTSENA et AOUTSENA, ce nom de famille n'existe plus à Paspébiac depuis le décès de Élise en 1881, la dernière avant elle ayant été sa tante Monique en 1880.

Comme on vient de le constater, Pierre Martin AUTSAINA et Marie DAROSBILLE n'eurent qu'un seul fils qui eut des enfants : Pierre. Mais ce dernier n'eut que des filles avec Agathe ROUSSY, dont les deux cadettes décédées en très bas âge. Les deux aînées se marièrent et eurent des enfants.

Le 26 novembre 1849, Élise épousa Anselme GIGUÈRE, le fils de Pierre et de Victoire SAINT-LAURENT de Québec. Ils eurent huit enfants : Jean (1850), Siméon (1852-1876), William (1853), Pierre (1855), Agathe (1856), Marie Éliza (1858), Julienne (1862), Angélique (1864). Élise décéda le 10 septembre 1881 et son époux le 13 décembre 1897.

Le lendemain, 27, sa soeur Agathe épousa Pierre GIGNAC, le fils de Pierre et de Anastasie LAROQUE de Saint-Godefroi. Ils eurent deux enfants : Louis (1850), Marie Geneviève (1852-1858). Agathe décéda le 20 décembre 1854 à l'âge de 26 ans. Élise, son unique soeur en avait 28. Le 16 février 1857, l'époux d'Agathe se remaria avec Suzanne AHIER de Gascons, avec qui il eut d'autres enfants.

Dans les registres, Élise changeait sans cesse de prénom : Éliza, Marie Lisa, Marie Éliza, Marie, Élizabeth ou Marie Élizabeth. Sa fille, Marie Éliza, née le 26 juin 1858, aurait été même inscrite, selon le répertoire de Bona Arsenault, comme étant la fille de Anselme GIGNAC, plutôt que GUIGÈRE, à Saint-Godefroi et non à Paspébiac tel ses autres enfants. La confusion du nom de famille vint peut-être du fait que la petite de sa soeur décéda le 16 février 1858, date très rapprochée du moment de la naissance de Marie Éliza en juin. Il est fort possible que Élise se serait retrouvée à Saint-Godefroi pour cette raison quand elle accoucha de sa fille qui fut inscrite à cet endroit.

Finalement, aucun acte de décès de Pierre Martin AROTSAINA ou OTSÉNAT ne fut encore trouvé.

© Lucie Delarosbil, 2011

Modifications : 28 novembre 2014

Commenter cet article