Bertrand DARROSPIDE : une fin tragique

Publié le par Lucie Delarosbil

Bertrand DARROSPIDE, le père de Bertrand DAROSBILLE, de Paspébiac, naquit le 20 novembre 1702, à la maison Etcheparea, près de Bidart, au Pays Basque. Ses parents, Pierre DARROSPIDE et Jeanne d'ETCHEBERRY, les sieur et dame d'Etcheparea, étaient laboureurs.

Bertrand fut baptisé dans l’église de Bidart, deux jours plus tard, par le vicaire Macoçain. Son parrain, Bertrand DAROSPIDE, était le frère cadet de son père. Il fut remplacé au baptême par Renalde Compalce de la maison Contramanenea. Sa marraine, Mari d’Esponsy, était locataire à la maison Salaberea.

Bertrand avait une soeur plus âgée de trois ans qui se prénommait Magdalaine. Étant la première née de la famille, elle devint l’héritière de la maison Etcheparea, comme son père le fut. À 17 ans, le 26 décembre 1729, Bertrand devint le parrain de sa nièce, Catherine d’Etchemendy, la fille de sa soeur.

Le 3 février 1733, il épousa Marie de Larraldea, la servante du curé. Il avait 30 ans. Ses parents étaient déjà décédés. Sur son acte de mariage, Bertrand fut inscrit sous le patronyme d’ARROSBIDE et le titre « fils d’Etcheperea », comme son parrain le fut au sien, le terme bref « fils » désignant un enfant qui n’est pas « héritier ». D’ailleurs, son parrain fut le seul témoin de la famille cité à son mariage.

En 1733, Bertrand était locataire de la maison St Pau Beherea, maison où la naissance de son premier enfant eut lieu, le 21 novembre, celui qui porta le même prénom que lui et qui vécut à Paspébiac. En 1735, Bertrand était fermier à la maison Amestoyenea. Son second fils Pierre y naquit le 10 octobre.

Quelques années plus tard, au printemps 1740, Bertrand embarqua à bord du navire la Jeanne-Marie, du port de Saint-Jean-de-Luz vers l'Ile-Royale, en tant que matelot pêcheur. Il pratiqua peu de temps le métier de trancheur sur la goelette la Madelaine.

Le 23 août 1740, il mourut dans des circonstances tragiques à Louisbourg, à la suite d'une sentence de culpabilité pour trois meurtres. Il n’avait que 37 ans. L’année suivante, le 15 novembre 1741, ses effets personnels et ses deux coffres furent vendus en public. Plusieurs acheteurs, surtout des Basques, étaient présents.

© Lucie Delarosbil, 2011

Modifications : 23 avril 2013

Publié dans Basques & Pays basque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article