Drame Darospide 1 : état des faits

Publié le par Lucie Delarosbil

Une première lecture des documents du procès m’a incitée à faire un bref résumé de la situation initiale du drame qui s’était produit sur la goélette la Madelaine, à Louisbourg, en juin 1740. L’accusé, Bertrand Darospide dit Detcheparre était natif de Bidart, âgé de 35 ans, matelot pêcheur, demeurant ordinairement à Bidart, de religion catholique apostolique romaine.

Il y avait trois blessés et trois morts. Betry De Fillet était l’un des blessés, âgé de 20 ans, natif de Ciboure. Saubat D’Hirigoity était un autre blessé, natif d’Urrugne, âgé de 18 ans. Le troisième blessé était l'acusé même. 

L’équipage, composé de dix membres, était arrivé à Louisbourg trois mois plus tôt avec la Jeanne Marie du capitaine Miqueto Saint-Martin, tous des Basques, parlant seulement leur langue. Le maître avait été tué. Son nom : Jacobé Hiriart. Les deux autres morts se prénommaient Fabien et Sébastien. Étrange ! Leurs patronymes n’étaient pas spécifiés.

C’était leur deuxième voyage de l’année. Il n’y aurait pas eu de dispute avant les meurtres mais consommation d’eau-de-vie. C’était le soir de la Saint-Jean, entre neuf et dix heures, après le souper.

Ils avaient été retrouvés environ trente-six heures plus tard, le 26 juin, par Martin Barrendeguy, matelot pêcheur dans une autre goélette, natif d’Urrugne, engagé aussi par Saint-Martin. Il avait dénoncé Bertrand Daropside au procureur du roi, le 28 juin, dès leur retour au port. Bertrand avait été mis à la prison du fort malgré sa blessure à la cuisse. C’est à ce moment là que les procédures avaient commencé et que Martin Detcheto était devenu l’interprète entre les parties de langues française et basque.

Dans le fameux livre de Paronnaud, on retrouve les descriptions des registres de la Marine de quatre de ces Basques, sans aucune mention du meurtre.

1. Darrosbide, Bertrand : De Guéthary, habitant Amestoyenea de Bidart. En 1740 il est à bord de la Jeanne Marie de St Jean de Luz pour l’Ile Royale et meurt le 22 juillet 1740 à Louisbourg.

2. Fillet(de) Betry : Né en 1721 à Ciboure... À la pêche dans l’Ile Royale de 1740 à 1744... Il meurt à l’hôpital de Brest... en 1746.

3. Hiriart Jacobé : Né en 1709 à Ciboure... En 1740 il est passager sur la Jeanne Marie de St Jean de Luz pour l’Ile Royale, pour embarquer à bord d’une goélette de Louisbourg. Il est mort le 24 juin 1740 dans l’Ile Royale.

4. Saint Martin Miqueto : Né en 1691 à St Jean de Luz... De 1724 à 1742 il est capitaine de navires pour la pêche à Terre Neuve et dans l’Ile Royale, en 1743 passager sur la Anne-Marie de St Jean de Luz pour l’Ile Royale... il est mort le 14 novembre 1762.

La description de Saubat D’Hirigoity n’a pas encore été retrouvée. Celles de Saurin Delchepy, Pierre Duferret, Joannis Destandau et Joannis Artho non plus. Ces derniers étaient les quatre autres membres de l’équipage de la Madelaine. Parmi les nombreux Barandeguy et Detcheto qui figurent dans le livre, aucune mention n’est faite dans les descriptions concernant cet été 1740. Martin Barandeguy ne faisait pas partie de cet équipage et Martin Detcheto était l’interprète dans toutes les procédures. Par ailleurs, le 22 juillet 1740 n’était pas la date du décès de Bertrand Darrosbide comme il était dit, mais une date rapprochée de sa première sentence de mort, le 16 juillet, laquelle était prévue pour le 13 août.

© Lucie Delarosbil, 2013

Modifications: 15 juillet 2013

Publié dans Louisbourg 1740

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Michel Girardot 25/06/2014 11:36

Étonnante histoire, digne d'un roman policier !

Jean-Michel Girardot 22/07/2014 19:46

Je me flatte de savoir un peu écrire, pour l'avoir longtemps enseigné aux autres. Mais je manque trop d'imagination pour écrire des romans. Par contre vous-même avez déjà une matière haute en couleur et, pour en écrire un, il vous suffirait presque de mettre bout à bout les événements que vous racontez pour avoir un roman d'aventure. Qu'attendez-vous pour vous lancer, Lucie ?

Lucie Delarosbil 22/07/2014 18:01

Merci ! J'aimerais bien en écrire, des romans. Juste la vie des deux Bertrand Darospide, le père et le fils, peuvent m'en inspirer. Qui sait.. après la généalogie. Écrivez-vous des romans, Jean-Michel ?