Les DELAROSBIL de Paspébiac et d'ailleurs

Publié le par Lucie Delarosbil

Patronyme le plus populaire en Amérique du Nord et plus précisément au Québec, DELAROSBIL fut inscrit pour la première fois à Paspébiac sur l’acte de baptême d’Isabelle, le 14 août 1797, la fille cadette de Bertrand.

Fait inusité : DELAROSBIL disparut aussitôt pendant 20 ans, soit jusqu'au mariage d'Hélène (autre fille de Bertrand) en 1817. Ce fut 65 ans plus tard vers 1882 qu’il réapparut définitivement dans les registres, sauf pour plusieurs parmi ceux qui quittèrent le village.

Ainsi, mises à part les rares exceptions, on peut dire que DELAROSBIL existe officiellement depuis les naissances des enfants de la quatrième génération et les mariages de leurs parents.

Voici l’exemple de ma lignée personnelle: le second fils de Bertrand, Adrien DAROSBILLE (1re génération), eut Salomon DAROSBILLE (2e) qui eut Simon DELAROSBIE (3e) qui eut Émile DELAROSBIL (4e) mon grand-père paternel.

En 2007, sur 294 inscriptions DELAROSBIL au Canada, un bottin téléphonique en comptait 261 au Québec et 31 en Ontario. Parmi les abonnés du Québec, 119 se situaient en Gaspésie, dont 80 à Paspébiac même et environ 38 dans les plus proches municipalités voisines qui longent la Baie-des-Chaleurs, entre Chandler et Carleton.

En régions urbaines, Montréal en dénombrait environ une soixantaine dont 25 dans la ville même et Québec une trentaine dont 23 dans la ville même.

Enfin, 21 abonnés habitaient sur la Côte-Nord du Québec.

© Lucie Delarosbil, 2010

Commenter cet article

Jean-Michel Girardot 04/11/2014 17:38

"Patronyme le plus populaire en Amérique du Nord" : décidément la généalogie réserve bien des surprises !

Lucie Delarosbil 04/11/2014 19:40

Le plus populaire parmi les descendants de l'unique pionnier, bien sûr.

Lisette Dupuis 09/05/2014 18:30

J'ai Adrien Darosbil baptisé à Paspébiac le 29 avril 1792 né le 3 mars 1792 ondoyé par Louis Dunis, parrain PierreLarosbil, marraine Marie Larosbil
Lisette Dupuis