Métissage entre Gaspésiennes et Basques

Publié le par Lucie Delarosbil

Voici un tableau sur cinq générations de filles qui avaient épousé des premiers arrivants en Gaspésie. Ces derniers s'étaient installés en majorité à Paspébiac avec leurs familles, du moins à partir de la troisième génération.

tableau

Guillaume CAPLAN aurait eu quatre filles avec une autochtone amérindienne de la tribu des Micmacs, en Acadie et Gaspésie. Parmi elles, Catherine, Marguerite et Madeleine assurèrent la continuité de la descendance métisse à Paspébiac. La plupart dee ses descendantes épousèrent des Basques : Chapado, Darosbil, Castillou, Arotsaina et Aspirot.  

Reste à découvrir si les Laroque, Dunis et Duguet étaient d'origine basque. Car plusieurs autres descendantes métisses s'étaient liées à eux. Leurs noms existaient avant le 18e siècle et existent encore au Pays Basque. Il est évident que pour rétablir des faits, les recherches sont à poursuivre sur les lieux en question !

© Lucie Delarosbil, 2011 

Modifications: 23 avril 2015

Commenter cet article

Alain Saintonge 04/09/2014 23:02

Bonjour Lucie,

Ce tableau est fascinant. Caplan et son épouse Micmaque seraient donc le couple fondateur de Paspébiac.

Je crois que les époux de la deuxième génération sont des Canadiens français (Jean Huard s'est marié à Québec en 1670, Laroque, Michel et Langlois sont aussi des familles anciennes du Québec). Les immigrants basques seraient plutôt arrivés à la troisième et à la quatrième génération. Dunis et Duguet sont peut-être des déformations de Denis et Duguay.

Prévois-tu mettre cet article à jour en fonction de tes découvertes plus récentes ?

Lucie Del. 17/09/2014 00:02

Bonjour Alain,

Depuis cet article, j'en ai écrit plusieurs sur les personnages cités dans le tableau. Entre autres, mon article sur le baron d'Huart, il ne s'agit pas de Jean dont tu parles, ce n'est pas la même famille.

Notre pionnier Langlois ne vient pas de Québec et il a habité à Pabos-Port-Daniel, pas à Paspébiac. Puis, il y avait aussi un Grenier (de Rivière Ouelle ?), deux de ses fils ont épousé deux filles du Langlois. L'épouse du pionnier Grenier était la sœur de l'épouse du pionnier Duguet.

Les femmes épouses de pionniers semblent être métisses pour la majorité, de Gaspésie et/ou d'Acadie. Le tableau est loin d'être complet.

Oui, je pourrais écrire un article, une sorte de synthèse pour mieux situer où j'en suis. Je prends note de ton idée.

Merci !

Eric Aspirot 17/04/2014 18:39

Merci de l'article, tres interressant.

Lucie Del. 17/09/2014 00:05

Merci, Éric. J'apprécie votre commentaire. Ça fait plaisir.