Ici vivait une double pionnière

Publié le par Lucie Delarosbil

Madeleine Laroque, la soeur de Catherine, était doublement pionnière. Devenue veuve du pionnier François Mallet en 1752, après une dizaine d’années de mariage, elle se remariait avec le pionnier Louis Dunis vers 1754. (voir l’article « Louis DUNIS ancêtre des DENIS «) De sa première union étaient nés au moins deux enfants: Jean qui continua la descendance des Mallet avec Marie-Josephe Duguet, et Marie qui décéda en très bas âge.

Dans le plus ancien registre de la Gaspésie, « Magdelaine la Rocque » était citée une première fois le 9 avril 1752, au baptême de sa fille Marie « Maillet » le lendemain de sa naissance. Le 21 juillet 1752, Marie était « morte du jour d’hier agée de trois mois douze jours sur les dix heures du matin ». Le 27 septembre 1752, elle était citée pour la deuxième fois dans l’acte de sépulture de François Mallet « marié depuis environ neuf ou dix ans à Marie Magdeleine la Roch ». Mort noyé dans un naufrage à la baie des Chaleurs, il était né en Normandie vers 1702. Enfin, le 12 juin 1753, « Marie Magdelaine la Roch, veuve de françois Malet » était citée en tant que marraine du fils de sa soeur Catherine, Pierre-André Chapadeau. À cette époque, elle résidait à Grande-Rivière. En moins de six mois, elle avait vécu une naissance et deux décès de personnes chères. Quand elle devint la marraine de son neveu, elle n’était pas encore mariée à Louis Dunis.

Dans le recensement de 1761, Madeleine était la compagne de « Louis Dunis ». Ils avaient trois enfants, deux filles et un garçon. Elle résidait à « Paspediack », à quelques pas de sa soeur mariée à « Joannis Chapado ». Une de ses filles, Geneviève, était née à Ristigouche le 16 juin 1760. (voir l’article « Qui sont ces témoins ? ») Ses deux autres enfants devaient être Marie et Léon Dunis. Le couple Laroque-Dunis était aussi présent à Paspébiac en 1765. Puis, en 1777, Madeleine et « Louïs Duny » avaient quatre enfants, une fille et un garçon de plus de seize ans et deux filles plus jeunes: Léon, Geneviève, Madeleine et Catherine. L’aînée Marie Dunis était déjà mariée à Bertrand Darrosbile. En 1787, elle vivait sur le terrain 16 du Plan de Paspébiac, son époux cité « Captain Duny », situé entre ses deux fils « John Mallet » et « Leon Dunis jun.r ».

Dans ma généalogie, Madeleine Laroque se retrouve six fois dans mes huitième (sosa 131), neuvième (sosa 343, 359, 441, 487) et dixième (sosa 607) générations: de mon côté paternel (4 fois) par ses petits-enfants Adrien, Isabelle, Catherine et Geneviève Darosbille, enfants de sa fille Marie; de mon côté maternelle (2 fois) par son petit-fils Louis-Léon Denys et par sa petite-fille Catherine Darosbille, enfants de son fils Léon et de sa fille Marie.

© Lucie Delarosbil, 2015

Liens vers les articles proposés de lire

Publié dans Pionnieres

Commenter cet article